Pagina:Ascensioni umane Fogazzaro.djvu/256

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
234 Ascensioni umane

millement de microbes poétiques, on pourrait croire que la sinistre prédiction da M. Carducci va s’accomplir par eux. Mais cela n’est pas. L’avalanche de vers éphémères qui s’abat sans cesse sur les bureaux des éditeurs et des rédactions ne saurait nous cacher la production vitale des maîtres dont les noms sont acquis au Livre d’or de la poésie moderne. Et même parmi les jeunes il en est plusieurs d’heureusement doués dont on peut attendre qu’ils prendront les places de leurs meilleurs devanciers. Quant au grand public, on ne saurait nier qu’il ne délaisse la poésie pour le roman et pour le drame. Il s’éloigne volontiers des poètes qui le traitent en profanum vulgus, qui s’enferment dans leur tour d’ivoire pour y travailler en secret à des bijoux dont il ne comprendra jamais le prix. Même s’en moque-t-il parfois un peu. Mais il se laisse souvent entraîner par les maîtres qui le recherchent, qui ont l’ambition de le dominer, qui lui parlent de ce qui l’intéresse au lieu de s’enfoncer dans de vagues rêveries ou de s’amuser à des combinaisons savantes de mots dans le but de déployer une habileté purement technique.

Non, les faits ne nous disent pas que la divine flamme qui éclaira la marche de toute civilisation soit près de s’éteindre. On pourrait en venir a priori a la même conclusion rien qu’en opposant