Pagina:Baretti - Prefazioni e polemiche.djvu/301

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search



Voltaire, que ne soit un modèle de frivolité, de temente et d’absurdité en fait de littérature et de morale, pour n’en pas dire davantage. Peut-étre ne suis-je qu’un observateur superficiel et mauvais. Il n’y a lá rien d’impossible. Mais enfin, que je dise bien ou que je dise mal, je ne saurais m’empécher de crier de toutes mes forces: — Malheur aux jeunes gens qui auront lu les ouvrages de monsieur de Voltaire avant que d’avoir lu Homère, Virgile et tous les autres que nos. appelons «écrivains classiques»: malheur, malheur!