Pagina:Continuazione e fine della Replica del dottor C. Cattaneo alla Risposta dell'ing Giovanni Milani.djvu/17

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
362 REPLICA ALLA RISPOSTA

«On pourrait me demander quelle garantie pécuniaire je présente de mon coté?

«Je réponds franchement, que, ne voulant pas offrir par garantie les biens que je possède en Bavière, j’engage mou honneur, mon savoir et la renommée que j’ai acquise en Europe, qui sont sans doute les meilleures garanties; et je ferai mon possible pour achever ce pont, pourvu que la Société me fournisse les sommes.»

«Ce pont extraordinaire pourrait étre mis sous l’invocation des saints, honorés par les Italiens. La Compagnie pourrait le dédier à S. Marc et à S. Antoine de Padoue, et faire fondre en bronze les statues de ces saints de 12 pieds de haut. La statue de S. Marc serait placée sur la culée du pont devant Venise; et celle de S. Antoine sur la culée du pont proche de Malgère. Chaque pile du pont pourrait être dédiée à un saint, dont le nom, d’apres le choix des Directeurs, pourrait être gravè sur l’avant-bec de la pile... (Si noti che qualcuno dei direttori era israelita).

“Enfin dans le cas que cette entreprise me soit confiée, et que Dieu me rappeldt dans le sein de l’éternité avant que les constructions fussent achevées, je m’engage à prendre les mesures nécessaires pour me faire remplacer par mon gendre M. Neudhardt... ou par tout autre ingénieur... que je jugerai capable; qui entrera dans l’entreprise avec tous les droits qui m’auront été accordés

La lettura di questa Memoria fece un pronto effetto sull’opinione. Non rimase più al dott. C. Cattaneo se non di persuadere il sig. De Wiebeking a non voler persistere in un assunto, in cui nessuno lo avrebbe assecondato. La conferenza coi direttori e coll’ingegnere non fu più necessaria. E così il sig. Milani ebbe il tranquillo possesso della laguna, e un altro servigio da mettere in dimenticanza. Il che sia detto per quegli stupidi che attribuiscono al dott. Cattaneo la voglia di cozzare col suo collega.

Ma non trascorse un mese, che il sig. Milani ne rese merito al dott. C. Cattaneo, assaltandolo apertamente presso i direttori, ai quali l’avversione dell’uomo necessario doveva parere una macchia mortale. La Sezione véneta aveva pubblicato gli Atti officiali in cui annunziava d’avere stabilito la linea generale, e affidata all’ingegnere Milani la redazione del progetto di dettaglio; e vi soggiungeva due ta-