Pagina:Delle strade ferrate e della loro futura influenza in Europa.djvu/196

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
182

de telle sorte qu’un certain bénéfice provenant des voyageurs servît à abaisser à un taux très-modéré le transport des marchandises. Il a aussi paru sage que le gouvernement, au lieu d’exploiter en régie ses chemins de fer, lorsqu’il en posséderait, les affermât à des entrepreneurs sous des clauses et conditions qui stipuleraient en détail les droits du public.

Dans le cas où une compagnie deviendrait concessionnaire ou adjudicataire d’un chemin de fer, le droit de rachat par l’état devrait-il être expressément réservé, et dans ce cas ne serait-il pas équitable de garantir à la compagnie un certain tems de jouissance, avant l’expiration duquel l’état ne pourrait faire usage de son droit? On assure que, sur ces deux points, la commission s’est divisée en deux fractions égales; néanmoins, la solution affirmative a été adoptée pour l’un et pour l’autre, parce que, dit-on, le ministre qui présidait la séance a deux fois de suite départagé dans ce sens.

Les autres questions dont la commission avait été saisie, et sur lesquelles elle a encore à délibérer, n’ont en général qu’une faible portée. Mais quelques-uns des membres de la commission, en vertu de la faculté que le gouvernement leur a donnée, se proposent d’appeler l’attention de leurs collègues sur quelques sujets dignes en effet de l’examen le plus sérieux. Ainsi, par exemple, la commission aurait