Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1922, XXI.djvu/105

Da Wikisource.
Vai alla navigazione Vai alla ricerca

99


tristes réflexions sur leur situation présente. Arlequin qui apperçoit Silvio, Marchand Bergamasque, son compatriote, se recommande à lui, et lui offre aussi les services de Camille qu’il lui présente comme sa soeur. Silvio y consent, mais Rosaura qui vient à passer, reconnaissant Camille, lui reproche qu’elle est la cause du divorce quelle vient de faire avec son mari, qui a promis de lui donner sa dot et de la marier avec Arlequin; mais qu’elle se vengera tôt ou tard. Silvio découvre par ce moyen qu’ils lui en ont imposé, leur reproche leur imposture, et suit Rosaura pour être mieux instruit du reste.

Nouvelles lamentations d’Arlequin et de Camille. Scapin les acoste, montre beaucoup de compassion pour leur état; mais ils ont peu de foi à ses caresses, et lui reprochent d’être la cause de leur malheur. Il s’excuse, et leur offre de nouveau ses services, qu’ils refusent. Il les invite tous deux à diner; Arlequin qui meurt de faim, voudrait bien céder à la tentation; mais Camille qui a plus de coeur, le force à réfuser le repas, ainsi qu’une bourse que Scapin leur offre ensuite et qui ne tente pas moins Arlequin. Toute cette scène est très-comique. Camille ne voit plus d’autre ressource que d’aller se jetter aux pieds de Pantalon, et se mettre à sa miséricorde. Arlequin s’étonne qu’elle ait le coeur de l’abandonner; mais au contraire, elle l’assure qu’elle sera plus a portée de le secourir. Il ne peut se résoudre à se separer d’elle, ni à la voir souffrir; pénible situation pour les deux amans! enfin il y consent, et ils se quittent la larme à l’oeuil. Comme ils se séparent, Camille apperçoit Célio, et revient auprès d’Arlequin dans la crainte d’éprouver quelqu’insulte; il la fait cacher dans une autre rue, et lorsqu’elle est en sûreté, il reproche à Célio qu'il est la cause de sa misere, et Célio, de son coté, l’accuse d’avoir causé son malheur, puisque son père vient de le chasser de sa maison. Arlequin qui se livre au plaisir de la vengeance, dit que Pantalon a bien fait, et qu’il devait l’envoyer dans quelque maison de force; outré, furieux, il l’insulte à plusieurs reprises; ses injures attirent la Garde qui l’arrête, et Camille que le voit emmener, se livre au désespoir.