Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1922, XXI.djvu/297

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

291

qu’elle ne quittera point la Maison de Célio, ce qui diminue beaucoup la satisfaction qu’elle et Silvio avaient fait paraître. Pantalon institue son héritier universel, Célio, son fils unique; mais à condition qu’ il n’épousera point une personne d’un état inférieur, et particulièrement une Cantatrice, Danseuse, Comédienne, ou de pareiile condition; le reduisant à sa légitime en cas de désobéissance, et substituant le surplus dans le dit cas, à Camille et à Arlequin. Le Notaire se retire. Célio montre son mécontentement, et le Procureur de Rosaura ménace de faire casser le testament. L’Avocat de Célio le rassure et lui dit de s’en rapporter à lui, qu’il pourra trouver quelques biais favorables à son amour, et accommoder le tout sans bruit et sans procès; que le tout dépend d’Arlequin et de Camille, qui sont appellés à la substitution. Il sort en promettant de contenter tout le monde1.

Arlequin et Camille sont satisfaits de leur sort, et Camille promet à son mari qu’elle demeurera toujours à la maison, qu’elle n’aura de commerce avec personne et qu’elle ne lui donnera plus de sujet d’étre jaloux. Arlequin qui a oublié sa faiblesse passée, veut au contraire qu’elle se divertisse, et qu’elle n’ait plus de crainte d’exciter ses soupçons. Cette indifference déplait à Camille, et elle croit qu’Arlequin ne l’aime plus, surtout lors qu’ il invite Scapin à venir loger avec eux, et à prendre soin de leurs affaires. Camille répond qu’elle est suffisante pour y veiller, et Scapin convient de s’unir avec eux pour faire quelque commerce; Camille rappelle les inquiétudes passées d’Arlequin, mais il l’assure qu’il est si revenu du ses soupçons, qu’il la laisserait au milieu d’une armée; Camille frémit de dépit; lorque Scapin est parti, elle demande à Arlequin comment son caractère a pu changer si promptement, et ses réponses simples et indifférentes ne font que la confirmer dans son opinion.

L’Avocat revient, les aborde poliment, fait de grandes caresses à Camille qui s’éloigne en observant Arlequin qui dit à l’Avocat qu’il n’entend rien aux affaires et qu’ il s’adresse à sa femme,

  1. Nel testo è stampato sempre mond, e così aussi-tôt, bien-tòt, toutes-fois. Abbiamo pure aggiunto qualche accento.