Pagina:Rivista di Scienza - Vol. II.djvu/30

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
22 rivista di scienza


hypothèse se rèduit en une première approximation à un principe, qui renferme celui d’inertie, et que nous appelons le principe d’inertie généralisé.

C’est le principe qui sert de base à la Dynamique newtonienne; et il est bien connu que celle-ci se trouve très sensiblement vérifiée par les observations planétaires, lorsqu’on rapporte le mouvement aux étoiles (à peu près) fixes.

Maintenant un doute se soulève tout naturellement: le principe newtonien ne serait même en ce cas, qu’une vérité approchée? alors l’étude de phenomènes où interviennent des vitesses supérieures exigerait peut-être quelques corrections, et il faudrait remplacer l’inertie par un’hypothèse de solidarité plus compliquée, donnant lieu à une Dynamique non-newtonienne.

C’est ce doute que je tâche à éclaircir en rapprochant les Dynamiques non-newtoniennes à quelques théories physiques récentes (électro-magnetisme, rayons catodiques etc), où une explication mécanique d’après les postulats de Newton semble démentie par les faits.


Les expériences élémentaires et le principes d’inertie.

On ne rencontre d’ordinaire aucune difficulté à faire accepter le principe d’inertie à ceux qui commencent l’étude de la Mécanique.

Voici une bille appuyée sur un plan horizontal; il est aisé de constater qu’elle est en équilibre quelque soit la position où elle se trouve, ce que l’on exprime en disant qu’elle n’est pas sollicitée par de forces. Nous discuterons bientôt cette interpretation; en l’acceptant pour le moment, poursuivons la description de notre expérience.

Donnons un petit choc à la bille; celle-ci se mettra en mouvement et ce mouvement se continuera pendant un certain temps, mais s’arrêtera toujours plus tôt ou plus tard. Cependant plus on a eu soin de diminuer le frottement, plus la bille mantient la vitesse acquise par le choc initial. On conçoit que, s’il n’y avait pas de frottement, la vitesse se mantiendrait rigoureusement invariable et par suite la bille ne s’arrêterait jamais.

Cette conclusion à la limite se trouve justifiée par d’autres considérations. Si l’on remplace le plan horizontal par un plan incliné, on aura une force constante agissant sur la bille,