Pagina:Rivista di Scienza - Vol. II.djvu/33

Da Wikisource.
Vai alla navigazione Vai alla ricerca

le principe d’inertie etc. 25


pour que le principe d’inertie exprime une propriété du mouvement par rapport à la terre plûtot qu’au soleil ou à une autre étoile quelconque; et cependant les corps célestes sont eu mouvement relatif les uns par rapport aux autres, de sorte que le principe d’inertie ne saurait régir également le mouvement d’un point matériel rapporté à ces repères différents.

On sait comment Newton s’est ôté d’embarras. D’après sa conception, la Dynamique, dont la loi d’inertie constitue un des principes fondamentaux, vise le mouvement absolu, conçu par rapport à l’espace immobile; c’est cet espace, et non point les corps qui se meuvent à son intérieur, qui constitue le repère du mouvement.

Cette conception repugne aujord’hui à notre esprit, quoique l’on puisse trouver de philosophes arriérés pour la soutenir; on en trouve toujours pour défendre toute sorte d’opinions que la critique a condamnées!

À un point de vue positif, il suffit de remarquer que le mouvement absolu est défini de façon qu’il est impossible d’imaginer une expérience par laquelle on puisse le reconnaître; il n’en faut pas davantage pour déclarer qu’il s’agit d’un mot dépourvu de sens réel.

Le «mouvement» ne saurait désigner que la variation relative des corps les uns par rapport aux autres.

Que deviendra alors le principe d’inertie?

Pour le comprendre il convient de suivre le procédé de corrections successives qui amène à dégager ce principe des experiences élémentaires que nous avons rappelées cidessus. En une première approximation, on prend en considération le mouvement par rapport à la terre regardée comme fixe; on obtient une approximation successive en tenant compte du mouvement de la terre par rapport au soleil et aux étoiles.

En prenant les étoiles comme repère du mouvement on aura donc la véritable signification que reçoit le principe d’inertie lorsqu’on se soulève au dessus du point de vue géocentrique; partant, ce principe nous apparaîtra seulement comme une loi expérimentale mieux approchée que celle que nous avions établie par rapport à la terre, et pas du tout comme une loi rigoureuse; en effet en prenant les étoiles comme fixes on néglige leurs mouvements relatifs, qui cependant deviennent très considerables si l’on poursuit des observations pendant une période de temps assez longue.