Pagina:Scientia - Vol. VII.djvu/214

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search


RIVISTA DELLE RIVISTE




Annales de chimie et de physique. (Octobre 1909). — Jean Perrin, «Mouvement brownien et réalité moléculaire». Il expose et développe les admirables recherches tendant à établir un rapport entre le mouvement brownien et la théorie moléculaire, dont ’importance a déjà été signalée dans cette Revue. Le résultat fondamental que l’auteur établit, c’est que les lois des gaz parfaits s’appliquent aux émulsions uniformes, et de là on déduit la détermination exacte des différentes grandeurs moléculaires et de la charge des électrons.


Revue du mois. (10 octobre 1909). — W. Ostwald, «Le principe de Carnot». L’auteur illustre la grande découverte du second principe de la thermodynamique rappelant l’idée de Carnot de comparer la chute de chaleur dans les machines thermiques à la chute d’eau en un moulin. Cette analogie est légitime et il est également juste de faire correspondre — avec Carnot — la pression de l’eau qui tombe à la température. Il n’est pas justifié, au contraire, de faire correspondre la quantité de chaleur à la quantité d’eau (erreur commise par Carnot et corrigée ensuite par Clausius): la quantité d’eau correspond à ce qui, dans le processus thermique, est désigné par le nom d’«entropie».

L’auteur remarque que la découverte de Carnot a été faite à l’âge de 28 ans, et qu’il arrive de même de trouver de grandes découvertes dues à des jeunes gens ayant à peine dépassé leur vingtième année: il déplore que le système d’instruction actuel entrave le libre développement de talents scientifiques originaux par une préparation érudite excessivement lourde.


Revue générale des sciences. (15 août 1909). — J. P. Morat, «La loi de Magendie: le temps physiologique». Il relate les expériences qui confirment la vue de Magendie qu’il y a des éléments nerveux distincts pour la conduction centripète et la conduction