Pagina:Scientia - Vol. VII.djvu/301

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

dévelop. hist. des théories de la physique 293


C’est ainsi que les événements se sont toujours déroulés; il n’y a pas de raison pour qu’ils cessent de le faire. En cela consiste, à proprement parler, l’inévitable et bienfaisant tassement de la science.

Prenons un exemple plus complexe, se rattachant à la théorie de l’Elasticité dont nous avons déjà parlé. Nous avons vu qu’une de ses hypothèses fondamentales est l’absence d’hystérésis; nous supposons qu’une déformation déterminée correspond à des efforts bien déterminés, et réciproquement. Or l’expérience montre que l’hystérésis est un fait absolument général chaque fois que la déformation n’est pas très petite. L’hystérésis existe non seulement pour les déformations dues à des forces, mais encore pour les changements de volume dus à des variations de température: on sait qu’un thermomètre d’abord placé dans la glace fondante, chauffé, puis remis dans le premier bain, n’indique pas, la seconde fois, exactement la même température que la première. A la même valeur de la variable (température) correspondent plusieurs valeurs de la fonction (volume). L’hystérésis existe aussi pour les phénomènes magnétiques; on peut obtenir les aimantations les plus diverses d’un électroaimant actuellement traversé par le même courant.

Il est à peine besoin de montrer à quel point la complexité des problèmes à hystérésis l’emporte sur celle des problèmes sans hystérésis; les derniers sont jeux d’enfant par rapport aux premiers. Au moins en est-il actuellement ainsi, les méthodes de représentation des phénomènes à hystérésis étant encore à créer. C’est ce que ne veulent pas comprendre la plupart des physiciens qui s’obstinent à raisonner dans les deux cas de la même manière; ils négligent dans leurs hypothèses l’hystérésis au lieu de la mettre au premier plan, comme l’expérience l’exige incontestablement. Ils s’efforcent de généraliser la théorie de l’Elasticité par l’introduction de termes du second degré qui n’en changeront pas le caractère; ils oublient systématiquement qu’une théorie ne redonne que ce que contient son principe.

Naturellement les gens les plus hostiles aux théories physiques, moi par exemple, sont bien forcés de commencer par