Pensieri di varia filosofia e di bella letteratura/4342

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
Pagina 4342

../4341 ../4343 IncludiIntestazione 16 settembre 2009 75% Saggi

4341 4343

[p. 285 modifica] souvent la forme des lettres, il est impossible de ne pas remarquer qu’elles viennent presque toutes des caractères grecs et syriaques, et par conséquent elles sont peut-être un des monumens les plus anciens qui servent à prouver la liaison des peuples qui les ont adoptées avec les peuples de l’Occident. Outre l’alphabet élète ou Kalmouk, celui des Mongols a encore donné naissance aux lettres mantchouriennes qui n’en diffèrent que par quelques légers changemens. Les Mongols avaient encore un autre alphabet inventé du temps de Khaïssyn-Kouloug-Khan par un certain Lama-Pakba, dont les lettres ont été nommées carrées en raison de leur forme; mais on n’a rien pu découvrir d’ècrit en ce genre. Au contraire nombre d’anciens livres mongols sont écrits en lettres de Tchoïdja-Bandida. Bulletin de Férussac, ec. l. c., t. IV, art. 238. p. 242-3. septembre 1825 (13. agosto 1828).


*    Quibus actus uterque Europae atque Asiae fatis concurrerit orbis. Virg. Aen. 7. 223. Il pieno senso di questo luogo e di quell’uterque non credo sia stato mai bene inteso né si possa intendere senza ricordarsi dell’antica [p. 286 modifica]divisione del mondo in due sole parti, Europa ed Asia; divisione di cui è da vedersi una dotta nota di Letronne al v.3. dell’Iscrizione greca metrica scoperta nell’isola di Philae da Hamilton (nel Bulletin de Férussac, l. c. t. III, p. 403-2. art. 499. intitolato: Explication d’une inscription grecque en vers, découverte dans l’île de Philae par M. Hamilton. Extraite de la suite des Recherches pour servir à l’histoire de l’Égypte pendant la domination des Grecs et des Romains; par M. Letronne, de l’Institut).: il qual Letronne dice ch’ella tiene