Rivista di Scienza - Vol. I/Revue du Mois, mini

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
../Revue de Métaphysique et de Morale

../Revue du Mois, mars IncludiIntestazione 1 dicembre 2013 100% Scienze

Revue de Métaphysique et de Morale Revue du Mois, mars

[p. 183 modifica]REVUE DU MOIS — Diamo principio a questa rubrica segnalando all’attenzione dei lettori gli articoli più interessanti sotto l’aspetto scientifico che sono apparsi durante il decorso anno (primo della sua vita) nella Revue du Mois, periodico mensile fondato da un gruppo di professori dell’Università di Parigi, sotto la direzione di Émile Borel. Dobbiamo la seguente analisi alla cortesia di un nostro amico di Parigi.

Tome I. - N.° 1. - 10 janvier 1906 - Vito Volterra: Les Mathématiques dans les sciences biologiques et sociales (p. I-20). C’est la traduction, mise au courant des travaux récents, d’un discours prononcé quelques années auparavant à l’Université de Rome. On [p. 184 modifica]peut beaucoup espérer des nouvelles applications biologiques et sociales des mathématiques; les méthodes employées ont la plus grande analogie avec celles qui ont éprouvé leur valeur en mécanique. — Gaston Darboux: La Vie et l’œuvre de Charles Hermite (p. 37-58). — E. Metchnikoff: La Mort naturelle dans le règne animal (p. 73-81). Les cas de mort naturelle, c’est-à-dire de mort qui n’est pas due à une cause extérieure, accident ou microbe, sont rares: on peut cependant en citer quelques exemples.

N.° 2. - 10 février 1906. - Gaston Bonnier: Entre les Cryptogames et les plantes à fleurs (p. 129-138). La distinction entre ces deux grandes familles de plantes est loin d’être aussi absolue qu’on le pensait il y a quelques années; la paléontologie le prouve nettement. — A. Job: Le Mécanisme de l’oxydation (p. 185-200). L’oxydation est un phénomène plus complexe qu’un examen superficiel ne le laisse croire: le passage du métal à l’oxyde ne se fait pas directement, mais par l’intermédiaire d’un peroxyde instable. Cette conception, vérifiée d’une manière très précise par des expériences de chimie minérale, ouvre des vues nouvelles sur les phénomènes plus compliqués de la chimie biologique. — Noel Bernard: Un Préjugé dans l’enseignement des sciences naturelles (p. 214-224) Nécessité de faire plus de place aux questions sexuelles dans l’enseignement secondaire.

N.° 3. - 10 mars 1906. - Frédéric Houssay: Le Régime frugivore et nos idées originelles (p. 257-267). Le régime primitif de l’humanité a été le régime frugivore; des conditions même de ce régime sont sortis les premiers progrès de l’Esprit humain. — Félix le Dantec: Le Troisième Sexe (p. 292-306). On considère généralement les individus parthénogénétiques comme des femelles. Ceci ne suppose-t-il pas que l’on a du sexe féminin une définition indépendante de la notion de génération bisexuée? Or il semble bien qu’une telle définition n’ait pas encore pu être donnée d’une manière satisfaisante: on ne possède pas d’étalon absolu du sexe; on doit donc, provisoirement, regarder les animaux dont la génération n’est pas bisexuée comme formant un troisième sexe. — Charles Camichel: Industries anciennes et industries modernes (p. 307-322). Considérations appuyées d’exemples précis, sur l’évolution de l’industrie. — Jean Perrin: La discontinuité de la matière (p. 323-343). Les considérations mathématiques sur les fonctions discontinues paraissent parfois des purs jeux d’esprit, dépourvus de tout fondement dans la réalité. On peut se demander au contraire, si la discontinuité n’est pas plus naturelle que la continuité. Lex expériences classiques de Gouy sur le mouvement brownien, les travaux les plus récents sur la radioactivité conduisent fortement à le penser. Cet article sert d’introduction à une série d’études que la Revue du Mois doit publier et où M. Perrin [p. 185 modifica]et M. Langevin continueront l’exposé des principes fondamentaux de la physique moderne. Cette série est impatiemment attendue.

N.° 4. - 10 avril 1906. - Dr. G. Dumas: Le Mécanisme du sourire (p. 385-404). Etude expérimentale de la physiologie du sourire, accompagnée d’intéressantes photographies. — Emile Borel: La Valeur pratique du calcul des probabilités (p.424-437). Le but essentiel du calcul des probabilités est de ramener des probabilités définies d’une manière compliquée à des probabilités équivalentes définies d’une manière plus simple. Sa valeur pratique est donc la même que celle des autres applications des mathématiques. Dans la conduite ordinaire de la vie, il est raisonnable d’agir comme si une probabilité très petite était nulle; il est même impossible d’agir autrement, si l’on précise suffisamment le sens des mots «probabilité très petite». — Henri Bouasse: La Science et l’Histoire de la civilisation (p. 456-478). Quelle place doit tenir l’histoire de la science dans une histoire de la civilisation? Après avoir étudié cette question générale, l’auteur expose à grands traits comment on pourrait, dans un enseignement élémentaire, donner une idée nette de ce que fut l’évolution des idées physiques au xixe siècle. — A. Cotton: La Question des rayons N. (p. 503-506). Critique des erreurs de méthode commises par les expérimentateurs qui ont cru voir ces rayons.

N.° 5. - 10 mai 1906. - Bernard Brunhes: La Prévision du temps à brève échéance (p. 514-537). Exposé critique des recherches récentes et de ce que l’on pourrait actuellement, tenter dans cette voie. — Maurice D’Ocagne: La Méthode graphique en mathématiques appliquées (p. 561-561). Historique et état actuel de la question.

N.° 6. - 10 juin 1906. - Dr. A. Calmette: Le Rôle des microbes dans l’assainissement des villes (p. 641-648). Comment les bons microbes peuvent être utilisés dans un but d’hygiène. — Maurice Caullery: L’Oeuf et la genèse des organes (p. 670-691). La vieille querelle entre la Préformation et l’Épigénèse renaît sous une autre forme, sous l’influence des travaux les plus récents. La question est difficile à poser nettement; l’auteur parvient à y introduire beaucoup de clarté, faisant preuve d’un talent d’exposition qui n’est pas inférieur à la connaissance approfondie du sujet.

Tome II. - N.° 10 juillet 1906. - Paul Langevin: Pierre Curie (p. 5-36). Large exposé de la vie et de l’œuvre, par un des plus intimes amis du maître. Un second article sera consacré spécialement à l’importante question de la radio-activité. — Charles Depéret: L’Apparition de la vie sur le globe (p. 37-51). C’est au point de vue de paléontologiste que se place M. Depéret. La conclusion à laquelle il arrive c’est qu’il est assez peu probable que l’on puisse retrouver les premières traces de la vie sur le globe, [p. 186 modifica]ces traces ayant été vraisemblablement détruites par le feu. — Jean Mascart: La découverte de l’anneau de Saturne par Huygens (pages 66-80, 160-185, 302-314). Historique de la découverte de l’anneau, avec de nombreuses et curieuses reproductions des anciennes figures. Peu d’exemples montrent aussi nettement les difficultés et les écueils des recherches dans les sciences d’observation.

N.° 8. - 10 août 1906. - Jules Tannery: L’Adaptation de la pensée (p. 129-147). Sous la forme d’une lettre à M. Félix Le Dantec, M. Jules Tannery discute avec beaucoup d’esprit et de finesse le monisme et la théorie de la conscience épiphénoméne. — B. Bourdon: La Voûte céleste (p. 148-158). Etude des raisons physiques, physiologiques et psychologiques qui nous font voir le ciel sous la forme d’une voûte. — Emile Borel: La Graphologie et la méthode scientifique (p. 244-250, 366-369). Discussion d’expériences de M. Alfred Binet qui tendaient à prouver que les graphologues peuvent déceler l’intelligence.

N.° 9. - 10 septembre 1906. - Paul Sabatier: La Genèse des pétroles (p. 257-268). Discussion des diverses théories proposées et exposé de la théorie de l’auteur. — Ludovic Zoretti: La Méthode mathématique et les sciences sociales (p. 355-365).

N.° 10. - 10 octobre 1906. - G. De Lorenzo: L’Eruption du Vésuve et les volcans (p. 385-398). Historique de l’éruption d’avril 1906 et considérations générales sur le volcanisme. — Paul Pelseneer: L’Origine des Faunes d’eau douce (p. 413-436). Comment la faune marine peut-elle devenir faune d’eau douce, c’est à dire s’habituer à vivre dans un milieu qui lui serait mortel si on l’y transportait brusquement? L’étude des faunes marines dans les régions de faible salure (Indo-Chine) permet de résoudre la question; c’est par de telles zones de transition que l’adaptation s’est faite; c’est un nouvel exemple de l’importance pour la vie des propriétés physiques du milieu. — Félix le Dantec: A propos de la Conscience épiphénomène (p. 476-489). Réponse à l’article de M. Jules Tannery paru dans le n.° 8.

N.° 11. - 10 novembre 1906. - P. Puiseux: Les Etoiles variables à courte période (513-532). — L’étude de ces étoiles est des plus précieuses pour la connaissance de l’univers. Elle permet dès à présent d’affirmer que l’hypothèse cosmogonique de Laplace ne s’applique certainement pas à tous les systèmes solaires.

N.° 12. - 10 décembre 1906. - Gaston Bonnier: La Création actuelle des espèces (p. 641-657). La création des espèces se fait-elle lentement ou brusquement? Sous l’influence des idées de Lamarck et de Darwin, et par réaction contre la conception enfantine des créations successives, on a été amené à considérer l’évolution lente comme la règle absolue. Des travaux récents ont montré que cette règle n’est pas sans exception; on a pu obtenir pur divers procédés [p. 187 modifica]des mutations brusques, suivant l’expression d’Hugo de Vries. Il semble que l’on doive admettre la coexistence des variations lentes avec les mutations. — Paul Painlevé: L’Esprit scientifique et l’esprit religieux (p. 658-668). L’esprit scientifique s’oppose à l’intolérance et à la superstition; il ne s’oppose pas à l’esprit religieux, si l’on entend par là l’effort légitime de l’homme pour dépasser par l’intuition les limites étroites et d’ailleurs variables du champ des connaissances positives. — Herbert Spencer: Réflexions sur ma vie (p. 669-704). Cetie conclusion de l’autobiographie du grand philosophe, traduite de l’anglais par Henri de Varigny, éclaire d’une manière intéressante l’histoire de sa vie et l’évolution de ses idées. — Dr. R. Lépine: L’Evolution de la médecine à la fin du XIXe Siècle (p. 705-715). La médecine tend à devenir sociale.