Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1909, IV.djvu/427

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

415

Cossa dit, Rusaura, el sgnor Flurind el turessiv per marì?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Andè a spusar la Rumana.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
SCENA XII1.
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Chi èla sta Rumana?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Ella una palandrana?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Via da sta cà.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Un fiol indegn, che deturpa l’onorat caratter de so pader.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
SCENA XIII2.
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Vergognev d’esser aqusì busiar.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
SCENA XIV3.
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Rosaura. Ora intendo. Fiorindo mi ha regalata, e l’impostore si ha fatto merito. Date qua i miei pizzi.

Lelio. Se Fiorindo parlava più presto, non era niente.

Florindo. Se mi sentite più dire una bugia, riputatemi per uomo infame. (a Lelio, con ironia

Ottavio. Se più dico bugie, possa essere villanamente scacciato. (come sopra

Lelio. In verità, da vostro vero amico e servitore, le dico senza che me ne accorga.

  1. Vedi p. 391.
  2. Vedi p. 392.
  3. Vedi p. 392.