Pagina:Leopardi - Canti, Piatti, Firenze 1831.djvu/159

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

153


NOTA.


(1) Plusìeurs d’entre eux (parla di una delle nazioni erranti dell’Asia) passent la nuit assis sur une pierre à regarder la lune, et à improviser des paroles assez tristes sur des airs qui ne le sont pas moins. Il barone di Meyendorff, Vojage d’Orenbourg a Boukhara, fait en 1820; appresso il Giornale dei dotti, 1826, septembre, p. 518.