Pagina:Scientia - Vol. VII.djvu/190

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
182 “scientia„

peut se révéler par aucun signe objectif, qu’elle est en dehors du domaine des investigations scientifiques; il ne faut pas confondre la conscience avec la complexité de l’activité; chez l’homme, tel acte simple peut être conscient, tel acte compliqué inconscient. Claparède a beaucoup insisté sur ce point. Rémy de Gourmont a écrit: «Selon la curieuse comparaison analogique de M. Ribot, la conscience c’est la veilleuse interne qui éclaire un cadran; elle a sur la marche de l’intelligence la même influence, exactement, ni plus ni moins, que cette veilleuse sur la marche de l’horloge. Savoir si les animaux sont doués de conscience est assez difficile, et peut-être assez inutile». Souvent on abuse du mot conscience, qui devient à tort synonyme de psychisme, d’acte complexe; il y a une confusion de langage, peu dangereuse une fois qu’on est averti; l’emploi du mot «conscience» pourra cacher pour certains le caractère si scientifique de l’ouvrage de Miss Washburn.

Deux chapitres traitent des modifications des «processus de conscience» à la suite de l’expérience individuelle; ils sont suivis par quelques considérations sur l’idéation et les processus psychiques supérieurs.

«The animal mind» renferme bien des considérations intéressantes; il a surtout une valeur documentaire, et est complété par un index bibliographique comprenant l’indication de 476 mémoires choisis parmi les meilleurs et datant presque tous des vingt dernières années, c’est-à-dire depuis l’époque où Jacques Loeb a engagé la psychologie dans une voie vraiment nouvelle et scientifique.

Paris; Sorbonne, Faculté des sciences.




A. Croiset - Les démocraties antiques. («Bibliothèque de philosophie scientifique»). Paris, Flammarion [1909], in-16, p. 339.


Livre d’intelligente et élégante vulgarisation: tel est le jugement qu’impose la lecture de la dernière œuvre d’un des meilleurs hellénistes de la France contemporaine. Si on laisse en effet le court et unique chapitre consacré par M. Croiset aux institutions romaines et puniques, son livre est essentiellement un exposé des constitutions helléniques, et plus particulièrement de la constitution athénienne. Admirablement composé, soutenu par une érudition solide, mais invisible, il décrit successivement l’évolution politique d’Athènes depuis la royauté jusqu’à l’avènement de la démocratie, la constitution démocratique, l’esprit et les