Pagina:Ascensioni umane Fogazzaro.djvu/273

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

Le gran poète de l’avenir 251

Yseult aux ravisseurs malpropres qui l’emportent au fond d’un bois solitaire, Elle sera complètement à lui, il en jouira, il enfantera des ceuvres de beauté qui amèneront les âmes, par la puissance de l’Art, à mieux comprendre et à mieux aimer l’Intelligence suprême, le Principe éternel de toute beauté. Au moment de quitter ce monde, il aura le droit de répéter à son immortelle amante l’exhortation que lui adressait Leconte de Lisle:

Telle que la Naïade en ce bois écarté
Dormant sous l’onde diaphane,
Fuis toujours l’œil impur et la main du profane,
Lumière de l’àme, ò Beauté!

(Poèmes antiques, la Source.)


La femme qui aime un poète mieux que par fantaisie ou par vanité ou par curiosité, est parfois jalouse de l’Art, de l’éternelle beauté. Elle craint n’avoir que la seconde place dans le cœur de son amant. Si celui-ci n’est qu’ un artiste de la parole, si la beauté des idées et des sentiments ne le touche pas, si son art n’a pour but que la jouissance purement esthétique, il est probable que ces craintes soient fondées. La femme aura peut être la première place dans sa vie, mais une amante ne l’aura jamais dans son cceur, Il pourrà bien lui mentir ou se mentir à soi même, l’appeler son inspiratrice, elle ne le sera pas, car