Pagina:Ascensioni umane Fogazzaro.djvu/284

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
262 Ascensioni umane

si demain un grand penseur jouissant d’une renommée universelle annonçait qu’il va publier une composition poétique grandiose dont le sujet embrasserait le monde visible et le monde invisible, la terre et le ciel, vous n’oseriez affirmer d’avance que cette composition serait ennuyeuse ou ridicule.

Du reste, quelle que soit la forme de beauté qu’il lui plaira d’animer de son souffle, poème lyrique, poème dramatique, poème épique ou autre chose, qu’il vienne, ce divin inconnu! Qu’il vienne, quelle que soit sa patrie! Lorsque des explorateurs de nationalité différente mais également dévouts à la science se rencontrent sur les banquises polaires ou dans les régions inconnues de l’Afrique centrale, il n’y a de place dans leurs cœurs émus que pour le sentiment de la fraternité humaine et de la fraternité scientifique. Lorque les représentants de toutes les religions du monde se rencontrérent pour rendre hommage dans une réunion pacifique à l’universelle paternité de Dieu, ils ne se souvinrent de leur patries différentes que pour se réjouir d’être frères. Tout ce qui nous élève nous donne une vision de plus en plus large de la planète et amoindrit de plus en plus à nos yeux les montagnes et les rivières qui servent de retranchements aux nations. Ce qui est vrai pour la science et pour la religion l’est aussi pour la