Pagina:Cristoforo Colombo- storia della sua vita e dei suoi viaggi - Volume II (1857).djvu/15

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

vii

l’ancien Valdez-y-Oviedo jusqu’au rècent Navarrète, tous bassement envieux de l’Étranger qui avait ajouté un Monde à leur Monarchie, pourrait-on de bonne foi leur demander le réci tvéridique de la vie de Colomb, c’est-a-dire le détail des hontes de leur nation?

La perversité avait hâtè la fin du grand Homme; l’injustice, l’ignorance, les préjugés continuèrent à le frapper après sa mort, déformant son caractère, Soulevant autour de sa mémoire je ne sais quel infect brouillard d’absurdes calomnies. C’ètait le droit, et le devoir d’un italien de frapper d’impuissance cette lâche conjuration d’étrangers haineux contre une des plus pures illustrations de’son pays... Je ne saurais, toutefois, me plaindre que ce soit à vous, mon ami, que cette magnifique tache est échue: vous n’êtes pas étranger à l’Italie, puisqu’elle revendique votre origine et votre nom: ce Roselli, qui du pied du Vésuve émigra sur les rives également fleuries de la Provence à. la suite du bon René d’Anjou, et en reçut l’investiture d’une charge royale transmise de pére en fils jusqu’à nos jours, n’était-il pas un comte napolitain? Colomb, alors officier de marine au service du Roi dépossédé, aceueillit votre ancêtre sur son bord: vous payez splendidement la dette de cette ancienne hospitalité. Issu de souche guelphe et italienne, vous vous êtes servi, pour dèfendre cette cause sacrée, de votre plume, avec la même ardeur que vos ayeux déployaient à la soutenir de leur épée. Après vous, il ne sera plus permis de douter de la magnanimité, je dirai plus, de la sainteté de Colomb; et j’ose croire que le jour n’est pas loin, dans lequel son nom sera recommandé à la vénération de la Catholicité par la voix de Celui dont elle reconnait l’infaillibilité. Vouz avez hautement exprimè ce vœu; et il a été accueilli avec sympathie. C’est beau à vous d’accompagner ainsi votre Héros jusqu’au-delà de la mort; et, non content d’avoir soigné sa réputation eontre la malignité et