Pagina:Delle strade ferrate e della loro futura influenza in Europa.djvu/198

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
184 note


FRANCIA1


II est de notoriété publique que les états du grand duché de Baden sont convoqués pour le 10 de ce mois, spécialement pour délibérer sur l’établissement d’un chemin de fer de Bâle à Manheim. C’est donc une question de priorité qu’il faut décider sur-le-champ. Nous saurons alors à laquelle des deux rives du Rhin appartiendra le transit entre l’Italie, la Suisse et l’Allemagne. Il est constant qu’il ne peut être établi deux chemins de fer le long du fleuve: le mouvement du commerce ne suffirait pas à l’un et à l’autre, et les capitalistes, qui dans ce moment attendent le vote des chambres françaises, ou celui des états badois, se décideront en faveur du projet qui, le premier, appélera l’emploi de leurs fonds.

Le gouvernement français a bien compris les intérêts du pays. Une négociation ouverte avec la Bavière a été couronnée d’un succés complet. Cette puissance s’est engagée à construire sur la rive gauche du Rhin un chemin de fer qui, de la Reinschantz vis-à-vis de Manheim, viendra joindre à Lauterburg la frontière française. Il existe déjà un avant-projet rédigé par les soins de l’administration pour la partie

  1. Moniteur 4 fèvrier 1838.