Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1912, XV.djvu/365

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search


1820, estate, alla Scala di Milano, protagonista Carolina Interneiri nella Compagnia di Gaetana Goldoni (Seconda continuazione della serie cronologica delle rappresentazioni... sulle scene... di Milano, 1821, p. 120).

1820, 1 luglio, a Bologna (Giorn. teatri comici, in Bibliot. Teatr. Ven.. Gnoato).

1820, 6 ottobre, a Venezia (stessa fonte).

1821, Compagnia Reale Sarda (cfr. Costetti, op. cit., p. 14).

1825, 18 giugno, a Mantova. La celebre Anna Fiorilli Pellandi, divenuta trapelo d’una povera compagnia di guitti, procaccia nuovi applausi a se alla commedia (Rasi, Il libro degli aneddoti, 1898, pp. 227, 228).

1827, al Teatro Re di Milano, Compagnia Ducale di Modena [Romagnoli-Bon] (I Teatri, I, II, p. 426).

1829, al Teatro Re di Milano, Compagnia Raftopulo. Della protagonista Maddalena Pelzet il Censore universale dei Teatri (18 marzo, p. 86), steso da Luigi Prividali, scriveva: «La di lei eccellenza si è mostrata in tutto li suo splendore in breve intervallo nella D. b. del Goldoni e nella Medea, primeggiando così nella tragedia come nella commedia».

1830, al Teatro Re di Milano, Compagnia di Carolina Internari e Francesco Paladini (Censore, ecc., 19 maggio 1830, pag. 137).

1830, 8 e 15 luglio al Theatre royal Italien [Salle Favart] di Parigi, esecutrice la Comp. Internari-Paladini, ora menzionata. Fu la prima commedia data cola dalla valorosa e animosa artista che s’era voluta presentare nel coturno alfieriano. «On a representé la D. b. de Goldoni - scriveva il Moniteur (9 luglio) - dans laquelle M.me Internari a rempli le principal rôle, rôle long et difficile, avec une rare intelligence, un jeu tres-spirituel et une veritable verve comique. Elle a reçu de tres-vifs applaudissemens». Il 12 luglio lo stesso giornale, in una rassegna [firmata P.] delle recite degli italiani, recava sulla D. b. questa briosa critica: «Il faut bien, on doit en convenir, croire à la mobilité du caractere des femmes italiennes; à ce melange de coquetterie, de vanité; a cette succession rapide de passions, de caprices, qui se disputent dans le même instant leur esprit et leur tête; se faire une idée bien exacte de l’empire qu’elles aiment a exercer sur leurs amants, ou plutôt sur leurs esclaves, pour croire qu’on ne trouve rien d’exageré dans la peinture du caractère de la Dona bizzarra (sic). Il y a dix Françaises dans une femme comme celle-la!... Mais avec quelle adresse l’auteur la place; comme elle anime, fait mouvoir toutes les marionnettes dont elle dispose; qu ’il y a de vie et de dessin dans ces cinq actes. Pas un caractère qui nait une nuance bien marquée et qu’un trait ne révèle; tantôt c’est une espèce de Misantrope, tantôt un baron bavard, importun, une (sic) cavalière servante dont nous n’avons pas de modèle en France, un officier rempli de noblesse, qui cede a l’amour, mais resiste a la coquetterie. Enfin, une sorte de niaise friande en diable du mariage. La dona Bizzara conduit tout le monde; tout le monde est le jouet de ses caprices... Mais notre capricieuse aime sérieusement, et la crainte qu’elle éprouve un instant de perdre le capitaine, suffit pour changer son caractére... à ce qu’on croit. Cette piece a été jouée d’une manière remarquable: M.me Internari (la dona Bizzara) a une intelligence parfaite; sa diction est vive, ses intentions son toujours justes, ses jeux de