Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1922, XXI.djvu/296

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
290


ce mariage, occupée de celui qu'elle medite et qu’elle avait préparé dès le vivant de son premier mari; ils l’entendent venir, et feignent d’arranger les sièges.

Elle paraît en deshabillé, et demande à Scapin si le Notaire et son Procureur vont venir; il lui répond qu'ils seront arrivés dans un instant avec Silvio. Célio arrive en demi-deuil, et la salue sans lui parler; il dit à Arlequin de faire entrer son Avocat aussitot qu’il sera venu. Scapin annonce Silvio et le Procureur, il les introduit, ils font leur compliment à Célio, qui les salue assez séchement, et qui à part lui, n’approuve pas la conduite de sa belle-mère, qui vient à l’ouverture du testament de son mari, avec un Procureur d’un coté et un Amant de l’autre. La conversation est également aigre de part et d’autre. Cicognini1, Avocat de Célio, arrive et est bientòt suivi du Notaire, qui après les politesses ordinaires, se met en devoir de lire le testament de Pantalon. Chacun témoigne son impatience. Camille demande la permission d’entrer. Rosaura dit qu’une Servante ne doit pas se mêler avec ses Maîtres. Camille proteste qu’elle connaît son devoir, et qu’elle le remplira. Le Notaire dit qu’il faut qu’elle soit présente, ainsi que tous les Domestiques de la Maison qui peuvent avoir quelque part au testament. Célio le prie de passer la formule, et il en vient aux legs. Pantalon laisse à Camille et Arlequin, son mari, sa Maison de commerce située dans le quartier du Canal de Reggio 2; plus deux tonneaux de vin et dix sacs de farine par an pendant leur vie, et un capital de douze mille écus, pour en disposer selon leur volonté. Les Assistans se parlent à l'oreille. Arlequin est content, et Scapin les félicite. Son tour vient, il lui est legué dix écus par mois pendant sa vie, et deux cens écus une fois payé.

Item. A la Signora Rosaura, sa chère moitié, outre sa dot qui lui sera payée, quitte de tout par son héritier universel, sa pension ordinaire pour sa nourriture, son habillement, son logement et sa Domestique; mais à condition qu’ elle resterà veuve, et

  1. Nel testo si legge Cigoquini, ma evidentemente è un errore: v. le Inquietudini di Zelinda.
  2. Intendi Cannaregio.