Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1922, XXI.djvu/302

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
296


à son dépit en faisant l’éloge de la bonne humeur de Lisetta. Camille qui n’y peut plus tenir, sort sous prétexte d’aller chez l’Avocat, et Arlequin qui prie Scapin de la conduire, lui paraît aussi chercher celui de rester seul avec Lisetta. Elle sort en disant que tout espoir est perdu pour elle.

La scène change de nouveau et se transporte dans le cabinet de l’Avocat; Célio s’y rend le premier, le Procureur arrive ensuite, et après avoir dispute quelque tems, en disant qu’ il veut soutenir les intéréts de Rosaura, il finit par prendre une bourse que Célio lui donne, pour se prêter à l’accommodement; alors il penche de ce coté, et y détermine Silvio et Rosaura, qui n’y sont pas moins portés; l’Avocat arrive avec le Notaire, et apprend à Célio que le père d’Angélique est arrive; chacun s’assied; il ne manque plus que Camille et Arlequin, celui-ci paraît et ne sait pourquoi son épouse ne l’a pas précède; en l’attendant on lit le projet de l’accommodement dans lequel il est question de faire renoncer Rosaura à sa pension viagère, moyennant une somme de trente mille livres une fois payée par Célio, et une autre somme de vingt mille livres à Arlequin et à Camille, pour se desister de la substitution, en cas que Célio y donne lieu par son mariage. Camille arrive d’un air triste, et les yeux baissés; on veut recommencer la lecture de l’article qui la concerne; mais elle dit qu’elle n’est pas en état de préter l’oreille à aucun accommodement, qu’elle prie seulement le Notaire de lire le papier qu’elle lui remet; chacun prête attention, et le Notaire lit que Camille voyant qu’il n’y a dans ce monde que peines et chagrins, elle laisse à son ingrat époux tout ce qui lui revient de la succession de Pantalon, à condilion qu'il lui permetra de se retirer dans une Communauté; chacun reste dans l'étonnement. Camille fait une profonde révérence et se retire malgré les instances d’Arlequin; il la suit sans vouloir entendre parler d’aucun accommodement. Chacun est obligé de se séparer. Tous sont obligés de revenir encore chez Célio, ou la scène est transportée de nouveau, et où Angélique et son pére sont à les attendre. Camille vient pour faire son coffre, dans la résolution où elle est de quitter son mari, elle range des hardes