Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1922, XXI.djvu/377

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search


NOTA STORICA

Dopo l’esito felicissimo della trilogia d’Arlecchino e Camilla sulle scene della Comédie-Italienne, il Goldoni ricordando i trionfi a Venezia della servetta Maddalena Marliani (Corallina), pensò di cavare un canovaccio dalla vecchia Locandiera e lo intitolò Camille aubergiste. Già pronto fin dal principio di febbraio del 1764 (v. Lettere di C. Goldoni per cura di E. Masi, Bologna, 1880, p. 237), fu recitato dall’attrice Camilla Veronese soltanto il primo maggio, ma senza fortuna (D’Origny, Annales du Théâtre Italien, Paris, 1788; e Grimm, Correspondance littéraire, etc, ed. Tourneux, t. VI, 1878, pp. 7-8). Dieci giorni dopo, l’autore si rivendicava, come dice Grimm nella sua famosa Corrispondenza, "en donnant un canevas plein de gaieté et de finesse, intitulé la Dupe vengée" (L’inganno vendicato, commedia in tre atti: v. Catalogue des pièces in fine delle Memorie di C. Goldoni per cura di G. Mazzoni, Firenze, 1907, II, p. 350. - V. anche D’Origny. I. c, 11 maggio 1764: "...Mais le succès d’Arlequin, dupe vengée, dut consoler l’Auteur de cette disgrace").

Questa era la tela: "M. Arlequin, nouvellement marié et vivant d’un petit commerce, est d’humeur peu libérale. Un jour il envoie sa femme diner chez sa mere, disant qu’il était engagé, lui, à diner chez son perruquier. Ses amis, qui lui avaient demandé a diner ce jour-là, et qu’il avait refusés, trouvent le secret de se faire regaler chez lui, en son absence et à ses dépens. De retour au logis avec sa femme, il voit arriver le traiteur et le limonadier, qui veulent être payés. Il ne conçoit rien à leurs prétentions et, pour comble de malheur, sa femme s’imagine qu’il ne l’a envoyée diner dehors que pour faire chez lui une partie fine avec une rivale inconnue. Tout cela produit un embrouillement très comique. Arlequin, après avoir éclairci le fait, non sans beaucoup de peine, trouve le secret, non seulement de faire payer a ses amis le diner qu’ils ont fait chez lui à son insu, mais aussi de leur donner à souper à leur dépens. Tout l’intrigue roule sur le changement d’une clef qu’on escamote dès le premier acte et qui sert à la duperie et à la revanche" (Grimm, I. c, pp. 8-9). Un vero e proprio riassunto del canovaccio goldoniano, desunto dall’Art de la Comédie di M. de Cailhava, abbiamo riprodotto nell’Appendice (pp. 369-370).

Ma è bene leggere anche le considerazioni che l’amico di Diderot aggiungeva subito dopo, per quanto possano sembrare stravaganti: "Cet auteur a une grande fécondité et un art surprenant à tirer parti des incidents qu’il imagine et qui sont d’un naturel qui charme. C’est dommage que, dans ses pièces imprimées, les discours, pour être trop vrais, soient presque toujours plats. Ce defaut ne se fait pas sentir dans ses canevas, où les discours sont abandonnés à la vivacité et au génie des acteurs qui improvisent; aussi ses pieces font-elles un grand plaisir au théâtre. Il aurait bien mieux fait pour sa réputation de n’en faire imprimer que les canevas; on y aurait mieux remarqués les ressources de génie infinies dont elles sont remplies" (Grimm, p. 9; citato anche da Rabany, C. Goldoni, Paris, 1896, p. 381, ma inesattamente e incompiutamente).

Molto prima che si recitasse a Parigi la Dupe vengée, fin dal marzo del