Pagina:Rivista di Scienza - Vol. I.djvu/137

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search


QUESTIONS PÉDAGOGIQUES.


L’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE.


On s’accorde assez facilement sur l’objet de l’enseignement primaire et de l’enseignement supérieur.

Au premier enseignement, le temps est très mesuré: la nécessité, pour ceux qui le reçoivent, de bientôt gagner leur vie, domine tout; demain, ils seront ouvriers, cultivateurs, ou feront quelque petit commerce; ils ont besoin de connaissances pratiques, directement utilisables; ces connaissances, il faut les leur donner rapidement, et ne pas oublier pourtant qu’une bonne intelligence, bien formée, ne leur sera pas inutile dans les luttes qu’ils auront à soutenir.

C’est la science qui est l’objet de l’enseignement supérieur, la science telle qu’elle est aujourd’hui et telle qu’elle se fait, ses résultats et ses méthodes.

Mais l’objet de l’enseignement secondaire, ou moyen, est plus difficile à préciser: ceux qui le reçoivent disposent d’un peu de temps. Il en est qui auront des loisirs. D’autres exerceront quelque autorité: ils entreront dans une carrière libérale; ils dirigeront une industrie, un grand commerce; ils commanderont ou conseilleront d’autres hommes; en raison de l’influence qu’ils doivent exercer, leur bonne éducation importe à d’autres qu’à eux-mêmes. Quelques-uns poursuivront leurs études, plus ou moins. Un petit nombre se tournera vers la science. Et tous ces groupes ne sont pas séparés, ils se pénètrent et se mêlent. Comment donner satisfaction à des besoins si divers?

Beaucoup de maîtres, dont les habitudes et la doctrine sont d’accord, tiennent pour la vieille éducation classique, fondée principalement sur l’étude des langues et des littéra-