Pagina:Rivista di Scienza - Vol. I.djvu/306

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
296 rivista di scienza

struction de machines. Il nous faudra réunir ce que nous avons séparé, remonter de l’abstraction à la réalité. Enfin il est indispensable de réunir par la synthèse ce que nous avions séparé par l’analyse.

Comme nous n’écrivons pas ici un traité de science sociale, ni même d’économie politique, nous laisserons entièrement à part cette synthèse; nous contentant d’observer que c’est pour l’avoir négligée que les économistes ont justifié, jusqu’à un certain point, les critiques des personnes qui les accusaient de ne pas tenir compte de tous les éléments des problèmes qu’ils voulaient résoudre.

Nous ne pouvons pas non plus exposer ici en détail toutes les opérations à exécuter pour isoler le fait dont l’économie pure aura à s’occuper1; supposons que cela soit fait. Nous avons un certain nombre de faits économiques: vente et achat de marchandises, fabrication, transport, conservation de ces marchandises, et modification de tous genres aux conditions dans lesquelles elles sont utilisées. Il s’agit de représenter ces faits d’une manière plus on moins approchée, d’en faire une théorie.

Une observation même superficielle nous conduit à constater que la mutuelle dépendance est le caractère distinctif de la plupart de ces faits. La consommation est dépendante de la production, et la production est dépendante de la consommation. Se poser le problème si c’est celle-ci qui commande à celle-là, ou vice-versa, c’est à proprement parler se demander si l’oeuf a existé avant la poule, ou la poule avant l’oeuf. Nous laisserons ces jeux d’esprit à la légion fort nombreuse des économistes littéraires, et nous nous occuperons de choses un peu plus sérieuses.

Ce fait de la mutuelle dépendance des phénomènes économiques est capital; il domine toute la science. Le reconnaître pourtant est peu de chose; l’important est d’avoir une connaissance, même imparfaite, même très grossièrement approchée, de la manière dont se réalise cette mutuelle dépendance. Et c’est principalement parce que nous avons cette connaissance à un degré beaucoup plus élevé en éco-

  1. Nous avons tâché de le faire dans notre Manuale di economia politica. La publication d’une traduction française est imminente; en attendant, nous citons ici l’édition italienne.