Pagina:Rivista di Scienza - Vol. II.djvu/153

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search


dents nécessaires? — 3. La question du mécanisme final, ou fonctionnel proprement dit, qui est celle de savoir comment ce phénomène est utile à la vie ou à l’organisme.

Prenons un exemple. Nous verrons que ces trois questions sont bien distinctes, et qu’à chacune d’elles correspond un problème spécial. Supposons qu’il faille rendre compte du mécanisme de la contraction de la pupille. Ce problème implique les trois suivants:

a) Mécanisme constitutif: Quel est le mécanisme de la contraction pupillaire? — Réponse: la contraction du sphincter pupillæ.
b) Mécanisme déclencheur: Par quel mécanisme ce sphincter se contracte-t-il? — Reponse: Par l’excitation de la rétine ou par celle du nerf oculo-moteur; ou par la paralysie du sympathique, etc.
c) Mécanisme final: Par quel mécanisme ce resserrement de la pupille est-il utile à l’organisme? — Réponse: En restreignant l’arrivée dans l’œil d’une trop grande quantité de lumière qui gênerait la vue et fatiguerait la retine.

Nous pouvons maintenant revenir à notre question: Pourquoi dormons-nous? Ces remarques préliminaires, si élémentaires fussent-elles, étaient cependant nécessaires pour bien poser le problème du sommeil. Nous voyons que ce problème comprend les questions suivantes:

1. Le sommeil est-il un phénomène accidentel, accessoire, secondaire, un «Nebeneffekt» de la vie organique, ou en est-il une condition, une fonction?
2. S’il est une fonction, cette fonction est-elle passive ou active?
3. S’il est une fonction active, quel est son mécanisme a) constitutif, b) déclencheur, c) final?

Ce n’est que lorsqu’on aura répondu à chacune de ces questions, et que les réponses faites seront en harmonie entre elles et s’accorderont avec les faits, que l’on possedera une théorie satisfaisante du sommeil.


II. - Coup d’œil historique.


Le problème du sommeil n’a que fort peu préoccupé les physiologistes. Ceux-ci ne paraissent l’avoir envisagé que d’un œil distrait. Ils ont proposé, il est vrai, un assez grand nombre

Anno I - II 10