Pagina:Rivista di Scienza - Vol. II.djvu/247

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

la théorie électromagnétique de l’univers 239


ce que c’est que l’électricité, que le fonctionnement de nos installations électriques n’en serait aucunement amélioré. Ce qui importe, au point de vue technique, c’est de connaître les lois des phénomènes que l’on utilise. Or, ces lois, les électriciens les connaissent très bien; elles sont bien plus simples, bien plus sûres que, par exemple, celles de la resistance des matériaux, phénomène extrêmement complexe, que personne ne songe à regarder comme mystérieux.

Toutefois, l’etonnement que bien des gens éprouvent devant les phénomènes électriques n’est pas incompréhensible: ces phénomènes forment un ensemble aujourd’hui considérable, un domaine bien exploré, mais dont on n’aperçoit, au premier abord, aucune liaison avec les autres faits de la nature. Tant que cette liaison n’est pas trouvée, on peut dire que les phénomènes électriques ne sont pas expliqués.

Qu’est-ce, en effet, qu’expliquer un phénomène? Si l’on ne veut pas se contenter d’explications purement verbales, cela ne peut avoir d’autre sens que celui-ci: montrer que le phénomène étudié est une conséquence, un cas particulier, d’un autre phénomène plus général, en un mot, le ramener à un autre. Les lois de celui-ci sont acceptées comme point de départ, comme faits primordiaux, et le phénomène à expliquer doit s’en déduire, avec toutes ses propriétés. A mesure que nos connaissances progressent, les phénomènes étant, de plus en plus, ramenés les uns aux autres, le nombre de ces faits primordiaux et indépendants va en diminuant.

Prenons un exemple simple, et d’ailleurs souvent cité. Je vois une horloge qui marche; je constate que ses aiguilles tournent, et je puis étudier en détail les lois de ce mouvement, l’influence des changements de température, de la pression atmosphérique; je puis apprendre à me servir de cette horloge, et l’utiliser pour des expériences de haute précision. Mais, si rien ne m’est apparu de son mécanisme, si je n’ai jamais démonté un appareil du même genre, son mouvement me reste inexpliqué; il m’apparaît comme un phénomène qui n’est lié à aucun autre phénomène connu; je puis le considérer comme une chose mystérieuse, c’est-à-dire sans liaison avec les autres choses que je suis habitué à voir. Je démonte l’horloge, et je m’aperçois que son mouvement est dû à la chûte d’un poids, régularisée par les oscillations d’une pendule. Le mouvement de l’horloge est expliqué: c’est