Pagina:Rivista di Scienza - Vol. II.djvu/374

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
366 rivista di scienza


ques de leur contenu, et, en négligeant les applications pratiques capables d’éveiller l’intérêt de l’élève on lui apprend seulement a deduire une quantité de théorèmes étranges d’un néant apparent. L’élève ne peut rien objecter aux raisonnements du professeur, et partant il est forcé à admettre la justesse des théorèmes sans en concevoir la véritable signification.

L’étude des cours élémentaires des différents pays ne donne pas une idée complète de l’enseignement des mathématiques, on pourra seulement se faire une idée du procédé principal appliqué. Aussi il n’est pas aisé déterminer d’après les points de vue exposés ci-dessus, quels sont les pays qui se sont trouvés dans une situation plus difficile, soit d’un côté ceux qui ont conservé en quelque façon le système d’Euclide, soit de l’autre côté ceux qui ont laissé tomber les postulats et les axiomes et ont préféré édifier la géométrie dans le bleu. Mais s’il faut en croire le proverbe: «Chacun sait où le bât le blesse», les inconvénients du système traditionnel doivent avoir été plus sensibles en Angleterre, car ce pays est le foyer du mouvement réformatoire, et c’est d’ici qu’on a porte les attaques les plus vigoureuses à l’enseignement euclidien.

C’est l’ingénieur J. Perry qui a entamé la discussion en Angleterre. On doit etudier ses différents écrits polémiques1 pour se rendre compte de la chaleur et de l’énergie avec lesquelles il réduit à rien la valeur pédagogique de la Géometrie d’Euclide pour exposer enfin ses propres idées, et on verra en même temps qu’il a réussi par son travail à ce que bon nombre de juges particulièrement compétents se ralliassent a ses vues (British Association). Une série assez importante de cours élémentaires basés sur les principes de Perry ont maintenant paru; les catalogues des librairies anglaises abondent de «Practical Mathematics» auxquels Perry lui-même a fourni la base dans ses cours pour les ouvriers2. Il vaut bien la peine de faire la connaissance de

  1. J. Perry - Englands neglect of Science — British Association. Meeting at Glasgow 1901. Discussion on the teaching of Mathematics. Ed. by J. Perry. London 1901.
  2. J. Perry - Practical Mathematics. Lessons delivered to working men. London.