Pagina:Rivista italiana di numismatica 1892.djvu/417

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

bibliografia 401

viennois d’Amédée VI, émis a 2 deniers 15 grains et à 3 deniers.

Ces considérations amènent naturellement l’auteur à supposer que les espèces monétaires, objet de son étude, ont été frappées vers la fin du règne de ce prince, de 1369 à 1377, pendant qu’il gérait la tutelle du jeune comte de Piémont, et, probablement, de 1370 à 1375.

Vous vous demanderez sans doute pourquoi, au lieu de répudier l’anonymat, les quarts étalent eu toutes lettres et, pour la première fois, ce mot FERT, si gros de mystère.

On n’ignore pas qu’avant 1384, les Comtes de Savoie ne suivaient aucun systéme, dans l’émission de leurs monnaies. Non-seulement les espèces n’avaient pas de rapport entre elles, mais chacune variait extrèmement de nom et de qualité. Le Comte Verd essaya de mettre un peu d’ordre dans cette anarchie. Pour y arriver, il réduisit à un type unique les diverses variétés de quarts, qu’il appela quart de gros ou simplement quart, nom qui indiquait clairement leur rapport de valeur avec le gros. Rien de plus naturel, semble-t-il, que d’inscrire sur les monnaies ainsi régularisées, FERTO, dont FERT est l’abrégé, et qui, dans la basse latinité du Moyen âge, à toujours désigné un quart d’unité monétaire.

L’innovation dut être remarquée. Les beaux discoureurs de l’époque, très portés aux jeux d’eprit, s’exercèrent à ocepropos. On lut: Furtitudo ejus Rhodum tenuit, et la Cour, séduite par la flatterie, adopta ce terme barbare pour devise.

Tel est, en substance l’opuscule du Dr. Ladé. La thèse est bien établie; le raisonnement est serré, précis, calculé même, si je puis ainsi dire, car les chiffres abondent. On y constate la clarté et la méthode, qualités habituelles du savant genevois, et, comme toujours, une connaissance profonde de la numismatique des princes de Savoie. Elle peut contrarier vos sentiments; vous la lirez néanmoins avec intérêt.

Mais, me direz-vous, que faut-il penser des hypothèses auxquelles cette étude nous conduit?

Mr. A. P. de Chambéry, accepte la première, c’est-à. dire l’attribution au Comte Verd dos pièces anonymes; je