Pagina:Rivista italiana di numismatica 1892.djvu/416

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
400 bibliografia

revers, une croix formée de quatre lacs d’amour. Le second, qui est très rare, doit être classe parmi les viennois, c’est-à-dire les pièces de 16 au gros de Savoie. Il se distingue du précédent par un lacs d’amour à l’avers et une croix de St. Maurice au champ du revers. D. Promis les a décrits et figurés, celui-là, dans les Monete dei Reali di Savoia, pl. V, fig. 4, et celui-ci, dans les Monete inedite del Piemonte, pl. I, fig. 10, les attribuant l’un et l’autre au comte Amédée VIII et à l’ordonnance de 1405.

Quelques variantes inédites, étant venues récemment compléter la collection du Dr. Ladé, ont attiré son attention. Après les avoir sérieusement observées, il a reconnu que quarts et viennois, très ressemblants quant à leur facture générale, doivent provenir d’un même atelier, d’un même maître, peut-être d’un même graveur et remonter à la même époque.

Mais quelle est cette époque? Plusieurs raisons vont à l’encontre de l’avis de Promis. Tout d’abord, en ce qui regarde les quarts, leur analogie frappante avec les quarts, signés, d’Amédée d’Achaïe, comte de Piémont, frappés en vertu d’ordres formels sur le modèle de ceux de la branche aînée, les font déjà antérieurs à 1402, date de la mort de ce prince. Nous avons ensuite les ordonnances. Parmi les six que l’ou possède, publiées par Amédée VIII, de son avènement à la date précitée, celles de 1392 et de 1393, pour l’atelier d’Avigliane, parlent seules de quarts, où nous pouvons reconnaître nos anonymes, et, si nous consultons leur valeur extrinsèque, 328 millièmes, qui, tous décomptes faits, peuvent se réduire à 4 deniers 12 grains, on retrouve là les chiffres prescrits, soit par l’ordonnance de 1393, soit par celles d’Amédée VII et les dernières d’Amédée VI.

La variante de viennois, sur laquelle a travaillé le Dr. Ladé, l’autorise à préciser encore. Le poids en est de 0.58 et le titre de 218 millièmes. Or, aucune pièce de cette nature, entre celles que décrivent les ordonnances de 1383 à 1405, ne répond a ces données, tandis que le titre effectif de 218 millièmes, équivalant à peu près au titre officiel de 2 deniers 18 grains, est presque en accord complet avec les