Pagina:Rivista italiana di numismatica 1897.djvu/398

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
384 ernesto babelon

des médailliers pour être à la mode, a donne, en deux mots, avec le bon sens qui caractérise le génie, la définition de ce que doivent être les monnaies anciennes pour tout esprit sérieux et éclairé: " des preuves parlantes de certains faits, des monuments fixes et indubitables de l’ancienne histoire. „

Ce n’est pas dans une assemblée d’élite comme la vôtre, Messieurs, dans cette réunion solennelle des savants de la France entière, dans ce vaste amphithéâtre de la science, que la démonstration de cette vérité devrait être présentée," si je ne m’étais simplement propose pour but de me faire, en peu de mots, l’interprète de votre réponse au public, qui, d’ordinaire, visite pour se distraire nos musées de province et qui voit, sans en bien comprendre l’utilité scientifique, les lépidoptères et les serins empaillés, parfois méme des herbiers où la tulipe est en honneur, côtoyer une vitrine plus humble, où quelques médailles, les unes frustes, les autres à fleur de coin, ont marqué leur silhouette au milieu d’un champ de poussière protectrice. Il est tenté de considérer cette série numismatique comme un amas de petites curiosités, des spécimens d’un genre d’objets qu’il est bon d’avoir parce qu’il faut un peu de tout dans un musée bien compris; des échantillons d’un rang à peine un peu plus relevé que les collections voisines d'ex libris, de timbres-poste ou de boutons d’uniformes.

Ce qui, d’ailleurs, explique cette opinion d’une partie du public, c’est qu’il se rencontre encore aujourd’hui — avouons-le — parmi les amateurs de monnaies anciennes, pas mal de Diognètes, les uns, spéculateurs intéressés, les autres, ignorants autant que passionnés, à la merci des brocanteurs et des faussaires, — qui sont, en face de leur propre médaillier, comme l’amateur de livres qui ne lit jamais, ou comme un voyageur qui ne prendrait pas de notes au cours de ses pérégrinations. J’en connais qui, ne s’attachant qu’au petit coté de la numismatique, sont au comble de la joie lorsqu’ils ont rencontre une incorrection dans une légende monétaire, ou bien une tête impériale tournée à droite au lieu d’être à gauche, pareils en cela au bibliophile transporté d’aise quand il a découvert, dans la bonne édition d’un vieux livre, les trois coquilles typographiques qui ne se trouvent pas dans la mauvaise.