Pagina:Scientia - Vol. VII.djvu/219

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search


NOTIZIE



CONGRÈS ET RÉUNIONS


III. Congrès de la Société italienne pour le progrès des sciences.


Le Congrès s’est réuni à Padoue du 20 au 25 septembre 1909. Le discours d’inauguration prononcé par Luigi Luzzatti, et publié dans la Nuova Antologia, se rapporte aux «Progrès de la science en Italie» et à «L’insuffisance de l’école et de ses institutions». L’auteur a tracé un tableau d’ensemble de l’état de chaque science, et venant ensuite à parler des écoles, il s’est demandé si, en Italie, la distribution de la science est aussi avancée que sa production, et il a conclu en souhaitant des réformes nécessaires dans tous les degrés de l’enseignement public.

Il y a eu trois conférences générales à sections réunies: Camillo Golgi, sur l’évolution des doctrines et des connaissances touchant le substratum anatomique des fonctions psychiques et sensorielles; Luigi Pigorini, sur les premiers habitants de l’Italie; et Francesco Severi, sur les hypothèses et les réalités dans les sciences géométriques. Quelques-unes de ces conférences auraient donné lieu à une discussion intéressante à laquelle on a regretté de devoir renoncer à cause de la distribution des heures pour les réunions.

Outre ces conférences, on a entendu plusieurs rapports de classe sur des thèmes généraux; nous remarquerons entre autres celles de Scialoja, de Benini, de Parodi dans la classe de sciences sociales.

Dans cette même classe, et particulièrement dans la section économique, il y a eu une discussion intéressante sur les classes moyennes.

La classe biologique a tenu toutes ses réunions sans être divisée en sections, et cela à la grande satisfaction de tous ceux qui y ont pris part.

Cela a rendu possibles des rapports d’intérêt communs aux différents biologistes et des discussions intéressantes entre eux. Nous signalons particulièrement les rapports suivants: Giuseppe Levi, sur les rapports entre structure et fonction; Filippo Bottazzi, sur des propriétés nouvelles de quelques colloïdes organiques; Romualdo Pirotta, sur la parthénogenèse chez les plantes; Paolo Enriques sur la sexualité des infusoires.

La communication de Sergi sur les méthodes de l’Anthropologie n’a point soulevé de discussion, quoique l’orateur ait traité des questions ayant de l’importance non seulement pour les anthropologistes, mais aussi pour