Pagina:Scientia - Vol. VII.djvu/35

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

la diversité de fortune etc. 27


mécaniques de la gravitation, de l’élasticité, de l’affinité chimique, de l’electricité statique et du magnétisme1».

Rankine donne comme formule de la loi de conservation, que la somme des énergies potentielle et actuelle de l’univers demeure constante. Son but est de rechercher la loi suivant laquelle se font les transformations d’énergie entre les formes actuelle et potentielle.

Il n’arrive pas à tirer de sa classification un énoncé général et simple pour la loi de transformation, parce que cette classification, tentative intéressante mais prématurée, est très arbitraire. Si toutes les formes supérieures de l’énergie pouvaient être classées au nombre des énergies potentielles, et les formes inférieures au nombre des énergies actuelles, la loi de transformation serait très simple à formuler; on aurait tendance continuelle au passage d’énergie potentielle sous la forme actuelle. Par malheur, il n’en saurait être ainsi dès que l’on range dans la catégorie des énergies actuelles, à la fois l’énergie cinétique d’une masse matérielle en mouvement, et la chaleur thermométrique: la première est de qualité égale à celle de l’énergie potentielle de gravitation, par exemple, et directement transformable en énergie de réserve; la seconde est, par excellence, le type de la forme inférieure d’énergie.

Dans le cas particulier d’une masse fluide qui peut être échauffée et produire du travail en se dilatant, l’énergie cinétique ou actuelle du mouvement visible des molécules matérielles du fluide est souvent négligeable, et les échanges réciproques ne se font qu’entre les trois termes: travail extérieur, chaleur, énergie potentielle. L’énergie potentielle représente bien, en ce cas, la capacité de produire des effets d’espèce non thermique; et dans le cas d’un système isolé formé de plusieurs de ces masses fluides, ce serait bien l’énergie potentielle propre au système qui, constamment, irait diminuant.

Mais, en général, il n’y aurait pas identité entre cette énergie potentielle, — même ce mot étant pris dans le sens large que lui donne Rankine — , et la capacité de produire du travail utile que possède un système matériel.

C’est cette «capacité», qui, décidément, n’est pas «l’énergie mécanique», que Thomson cherche à baptiser d’un

  1. Rankine, On general law of the transformation of energy. Philos. Magaz. vol. V, 1853, p. 106.