Pagina:Zibaldone di pensieri IV.djvu/57

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
(2084-2085-2086-2087) pensieri 45

e determinata,  (2085) fuor della quale non v’è latinità. Ma v’è sempre teutonicità ed ebraicità fuor dell’antico teutonico ed ebraico, che non furono mai formati né circoscritti, in modo che si potesse dire, questa frase ec. non è teutonica. Cosí proporzionatamente discorrete del greco, la cui libertà, a differenza del latino, nacque indubitatamente dalla differenza delle circostanze sociali e politiche e dalla molta maggior quantità di tempo in cui la lingua greca fiorí per iscrittori ottimi e sommi, non come linguisti, ma come scrittori (13 novembre 1821).


*    Il lui reste encore (à l’allemand) une sorte de roideur qui vient peut-être de ce qu’on ne s’en est guère servi ni dans la société ni en public. l. c., p. 246(13 novembre 1821).


*    L’Allemand est en lui-même une langue aussi primitive et d’une construction presque aussi savante que le grec.  (2086) Ceux qui ont fait des recherches sur les grandes familles des peuples, ont cru trouver les raisons historiques de cette ressemblance: toujours est-il vrai qu’on remarque dans l’allemand un rapport grammatical avec le grec; il en a la difficulté sans en avoir le charme; car la multitude des consonnes dont les mots sont composés les rendent plus bruyants que sonores. On diroit que ces mots sont par eux-mêmes plus forts que ce qu’ils expriment, et cela donne souvent une monotonie d’énergie au style.... J. J. Rousseau a dit que les langues du Midi étoient filles de la joie, et les langues du Nord, du besoin... L’allemand est plus philosophique de beaucoup que l’italien, plus poétique par sa hardiesse que le français, plus favorable au rhythme des vers que l’anglais: mais il lui reste encore ec. Vedi la pagina qui dietro.  (2087) La simplicité grammaticale est un des grands avantages des langues modernes: cette simplicité, fondée sur