Pagina:Zibaldone di pensieri VII.djvu/271

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
262 pensieri (4315-4316)

est tourmenté du pressentiment et des angoisses d’une mort prochaine.

Les bornes de ce journal ne nous permettent pas de donner plus d’étendue à cette analyse. Nous ne pouvons qu’engager nos lecteurs à lire dans l’ouvrage même ce que dit M. Schubarth pour appuyer une hypothèse qui nous paraît admissible, et qu’il développe avec un talent remarquable (cavato e tradotto dall’Jen. allg. Lit. Zeit. Gazzetta letteraria di Iena, settembre 1823). Bullettin de Férussac ec., loc. sup. cit., juillet, tome II, art. 54, p. 45-47.

Dalle mie riflessioni sopra Omero ec. si vede quanto male dai costumi  (4316) fieri e selvaggi, dallo spirito di vendetta, dai vantaggi puramente fisici attribuiti da Omero ai greci, e dalla compassione attaccata alla sorte dei Troiani, si arguisca che l’Iliade e l’Odissea furono composti in ispirito troiano e non greco, e quindi apparentemente per li troiani, o nati sul suolo troiano, e non per li greci di Jonia. Anzi si vede che appunto da queste cose medesime si dee concludere il contrario (24-6 luglio 1828). Vedi p. 4447. Da applicarsi pure alle mie riflessioni sopra Omero e l’epopea. Homerische Vorschule etc. Introduction à l’ètude de l’ Iliade et de l’Odyssée; par W. Müller, 192 p., in-8; Leipzig, 1824. Élève du philologue Wolf, M. Müller annonce dans la préface qu’il est intimement persuadé de la vérité et de la solidité des opinions développées par son maître dans ses fameux Prolégomènes de l’Iliade, et qu’ayant médité sur ce sujet après avoir suivi les cours de Wolf, il croit devoir présenter une suite de considérations que cette matière lui a suggérées. Il avertit, en passant, le public de se mettre en garde contre les hypothèses trop hasardées que quelques savans cherchent à faire accréditer; il rappelle notamment les opinions de Payne Knight, savant anglais, mort récemment, et de Ber-