Pagina:Zibaldone di pensieri VII.djvu/270

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
(4314-4315) pensieri 261

M. Schubarth n’admet pas avec Wolf que l’Iliade et l’Odyssée soient des productions dues à plusieurs rhapsodes), s’il eût été Ionien, aurait choisi pour la première de ses épopées un sujet bien étrange, bien peu propre à flatter les Grecs, auxquels il n’accorde d’autres avantages que ceux qui naissent de la supériorité des forces physiques. Tant que dure la guerre, la discorde les divise, et ils ne déploient d’autre vertu que leur courage; mais ce courage est sauvage et vindicatif. Sortis enfin victorieux de la lutte, c’est par de nouveaux désordres et de sanglantes querelles qu’ils signalent ce retour à la paix.

Il est très-remarquable que le poëte ait interrompu son chant au moment même oú il n’aurait pu éviter de parler de la prise de la ville, et de tracer le tableau de sa destruction. Est-il vraisemblable qu’il se fût arrêté si brusquement, et eût négligé de célébrer un événement favorable aux Grecs, s’il s’avait eu à coeur de faire  (4315) oublier aux Troyens, ses compatriotes, l’instant malheureux de leur chute?1 On voit partout, dans l’Odyssée comme dans l’Iliade, que le poëte porte de l’affection aux Troyens. Énée, roi futur de Troie, ce héros favorisé des dieux, est sauvé par Neptune, le plus puissant dieu des Grecs. Leur plus dangereux ennemi, Hector, est peint sous des couleurs toujours favorables. Hector a le sentiment de la justice de sa cause; il n’est pas même soutenu par l’espoir du succès; mais il est pénétré de ses devoirs envers la patrie; il s’arrache aux affections les plus tendres, et s’immole sans hésiter. Sa mort est une expiation volontaire d’un seul instant d’oubli, d’une faute qui n’est pas la sienne. Mais les dieux, qui l’ont mal récompensé pendant sa vie, viennent eux-mêmes assister à ses funérailles, tandis qu’Achille vainqueur

  1. (M. Schubarth n’a donc par remarqué qu’Homère ne chante qua la colère d’Achille et non la guerre entière de Troie? N. du R.)