Pagina:Goldoni - Opere complete, Venezia 1909, IV.djvu/419

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

407


e n’andè fora d’cà senza mi licenzia. S’el sgnor Marches parlrà con mi, sentirò s’le vera quel ch’a m’avì dit, e chi de vu do sippa la prediletta; se po la srà una fandonia, com ch’a cred, aurò mutìv de dir, senza far tort nè all’una, nè all’altra, ch’a sì dou matte. (via

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
SCENA X1.

Cossa i è, sgnor Uttavi, cossa feu què in cà mi?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Ah, donca m’avi cuntà dil fandoni!

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

E chi el st’poch de bon?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

El fiol del sgnor Pantalon?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Mo el vgnù a Vnezia?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Dov’el? el in cà d’so pader?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Ma com st’desgrazià hal psù dir tutt quel ch’l’ha dit?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Mi rest attonit com clù, appena arrivà, l’ava avù temp d’piantar sta carota. Sal che Rusaura e Beatriz gl’jin me fiole?

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Ah zaltron, aqusì el le tratta? (Mo Rusaura a ni la dagh minga più per muier).

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
  1. Sc. IX nell'ed. Pasq.; vedi pag. 349.