Pagina:Memorie della Accademia delle Scienze di Torino, Tomo XXIX.djvu/149

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

79

2éme MÉMOIRE1


SUR L’ AFFINITÉ DES CORPS POUR LE CALORIQUE


ET


SUR LES RAPPORTS D' AFFINITÉ QUI EN RÉSULTENT ENTRE EUX.



Lu dans la séance du 4 mai l823.



Dans le Mémoire précèdent j’ai cherche a établir les principes d’après lesquels l’affinité des différens corps pour le calorique ou ce que j’ai appelé leur nombre affinitaire, et par la leur pouvoir neutralisant, acide ou alcalin, et en général tous leurs rapports d’affinité, me paraissent dépendre de la chaleur spécifique, et du pouvoir réfringent dont ces corps ou leur composes jouissent à l’état gazeux, et j’ai tàché de tirer parti de toutes les observations connues de ce genre, pour en déduire les nombres affinitaires et les pouvoirs neutralisans de ceux des corps, simples, ou composés, auxquels ces observations s’appliquent directement ou indirectement. J’ai montré ensuite par un exemple, que d’après ces mêmes principes on peut, de la connaissance des nombres affinitaires, ou des pouvoirs neutralisans de certaines substances, acquise par ce moyen passer a la détermination du moins approchée

  1. Voy. le premier Mémoire dans le 28. Volune page 1.