Pagina:Rivista di Scienza - Vol. II.djvu/165

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search

la fonction du sommeil 157


et dont les travaux m’étaient inconnus lorque j’ai publié les miens.

Le Dr. W. Nicati a publié, en 1896, dans le «Marseille médical» un court article (12 p.) sur Le Sommeil où cet état est nettement considéré comme une fonction, comme une activité, comme un réflexe. L’auteur énumère les agents de «l’excitation soporifique»: c’est la position horizontale, l’occlusion des paupières, la fixation du regard, etc. Le réveil «est la victoire de l’impression sur la résistance du nuage d’interférence». Ces vues, certainement nouvelles à l’époque où elles ont paru, sont malheureusement mal coordonnées entre elles; l’exposé manque de précision. La valeur biologique du sommeil, son pourquoi final n’est pas envisagé. La question n’a pas été traitée avec l’ampleur qu’elle mérite, et ces idées nouvelles, si justes soient-elles, ne sont pas soutenues par des arguments suffisants1.

Les années 1902 et 1903 ont vu paraître, d’une façon tout à fait indépendante, en Italie et en Hollande trois travaux relatifs à une conception biologique du sommeil; ce sont ceux de Brunelli, de Gorter, et de Bonservizi.

J’ai heureusement pu avoir connaissance des publications de Brunelli au moment où je rédigeais mon Esquisse, et j’ai profité largement de ses suggestions si originales et si fécondes relatives à l’origine du sommeil hibernal et du sommeil quotidien, que cet auteur considère l’un et l’autre comme des phénomènes d’adaptation, comme des moyens de défense2.

Le mémoire de Gorter3 ne m’a été connu que l’an dernier, grâce à Brunelli, qui le cite. En voici la substance: Gorter critique les théories diverses du sommeil, en invoquant quelques-uns des arguments dont nous nous sommes servi plus haut. Ce qui a frappé surtout Gorter, c’est le parallélisme existant entre le sommeil et le coucher du soleil. Il explique

  1. V. aussi Nicati, La psychologie naturelle, Paris, 1898, p. 314-326.
  2. G. Brunelli - Fisiogenia del Letargo nei Mammiferi. Riv. ital. di Sc. nat., 1902. — Il letargo dei Mammiferi e il sonno dei Fakiri, ibid. 1903. - Sulla origine della letargia, Monit. zool. ital., 1906. — C’est dans le second de ces mémoires qu’il montre que le biologiste ne peut plus «appagarsi del sonno studiato entro l’angustia della cassa cranica».
  3. Gorter (de Leyde) - De oorsake van den slaap (The cause of sleep). Versl. v. d. Koninkl. Akad. van Wetensh. te Amsterdam, XII, déc. 1903, p. 148-153.