Diario di un privilegiato sotto il fascismo/Diario

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
Diario

../Prodromi al diario ../1926 IncludiIntestazione 6 aprile 2017 100% Da definire

Prodromi al diario 1926
[p. 31 modifica]

DIARIO

[p. 32 modifica] [p. 33 modifica]










«Mon vieux Pierre,1


«Viens donc me voir à six heures, car tout le monde à une frousse invraisemblable de se compromettre chez nous et mon sophalit n’a plus soutenu le dossier d’un ami philosophant depuis des mois, hélas! Ainsi va toute chose.

Au fond si je ne t’ai pas écrit cela ne veut rien dire. Je voudrais bien encore t’avoir eu à diner et lutter contre tes pudiques et émerveillées dénégations, ou planter des clus dans les murs, ou écouter dans des [p. 34 modifica]poses langoreuses les aventures d’Etienne Vincent, qui prend contact avec la vie, ou te confier ce que je crois du génie de Flaubert, non, de Dante. Aujourd’hui je te parlerai de la Divine Comédie, car je fais une étude toute à fait amusante, pour thèse, sur le poète.

Je fais des parallèles entre la méthode pour dessiner les diables et celle de Proust pour dessiner les mondains, entre l’introduction de Vergile et celle de M. Arnoux. Je demontre ensomme, et c’est mon but, que la Divine Comédie est belle. Je te parlerai donc de cela.

Il y aura de l’émotion en plus. Car chaque coup de sonnette pourrait signaler l’arrivée de la police qui Veut nous arreter, ou de quelque amis qui nous avertissent que la concierge, le congierge, la cuisinière, la fille de la concierge, l’ami de la fille de la concierge, la femme de chambre, l’ami de la femme de chambre, la femme de chambre de Franchetti, la fille, la soeur, l’ami de la femme de chambre de Franchetti, sont payées par la police [p. 35 modifica]pour découvrir «nos complots». Enfin s’ils ne découvrent pas de complots en quarante, c’est qu’ils manquent évidemment d’imagination; car ils sont presque arrivés à me persuader, moi aussi, que lorque je téléphone (à travers le fascio, la police et le téléphone de la concierge) à quelque ami: «Je voudrais savoir l’éditeur de tel livre» c’est une phrase conventionnelle pour faire sauter tout au moins la monarchie.

Ecris-moi, mais sache qu’on nous ouvre nos lettres [p. 36 modifica]

  1. Pierre Jeanneret.