Pagina:Zibaldone di pensieri VII.djvu/314

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
(4362-4363) pensieri 305

p. 213).... Dans le chap. 2. l’aut. examine les faits historiques attaqués par Freudenberger. Il résulte de cet examen que G. Tell est injustement accusé d’homicide. Ib. 1826. t. VI, art. 138. p. 162. Vedi p. 4372.


*    Alla p. 4322. fin -. M. Granville Penn donne lecture (à la séance du 21 juin 1826, de la Société royale de Littérature de Londres) d’une notice intéressante sur le mètre du premier vers de l’Iliade. Des éditeurs et commentatateurs modernes se sont efforcés de démontrer que ce vers pouvait être  (4363) rendu métrique (chi ne dubita, alterandolo a piacere?); cependant une grande autorité classique (Plutarque, de Profect. virtut. sentiend., c. 9) le déclare non-métrique (ἄμετρον) (E cosí chiamano gli antichi molti altri de’ versi d’Omero. Vedi p. 4414). Pour le rendre métrique, dans leur sens, suivant la construction ordinaire du vers, ils ont contracté δεϊω, du mot πηλήίαδεϊω, (sic) en δω. Dans un autre passage Plutarque, expliquant dans quel sens il appelle ce vers non-métrique, avance que le 1r vers de l’Iliade contient le même nombre de syllabes que le 1r vers de l’Odyssée, et qu’il en est de même du dernier vers de Iliade à l’ègard du dernier vers de l’Odyssée (Sympos., l. IX,, c.3). Or, le 1r vers de l’Odyssée se compose de 17 syllabes; savoir de 5 dactyles et d’un spondée, nombre exact contenu dans le vers, Μῆ-νιν ἄ-ει-δε, ϴε-ὰ, πη-λη-ί-α-δε-ω Α-χι-λῆ-ος. C’est pourquoi M. Penn pense que le poëte, en articulant le vers, fit une pause au pentamètre, qui se termine par ϴεὰ, et renouvela l’arsis sur la syllabe suivante: Μηνιν α | ειδε, ϴε | ὰ, Πηλη | ιαδε | ϊω Αχι | ληος. . L’auteur soutient qu’il y a, malgré la transgression des lois du mètre, dans la réplétion et la volubilité du vers exordial, une magnificence d’images semblable à la première irruption des eaux d’une rivière, au moment oú l’on ouvre l’ècluse qui les retient, et avant que ces eaux, reprenant leur pente naturelle, coulent