Pensieri di varia filosofia e di bella letteratura/4363

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
Pagina 4363

../4362 ../4364 IncludiIntestazione 16 settembre 2009 75% Saggi

4362 4364

[p. 305 modifica] rendu métrique (chi ne dubita, alterandolo a piacere?); cependant une grande autorité classique (Plutarque, de Profect. virtut. sentiend., c. 9) le déclare non-métrique (ἄμετρον) (E cosí chiamano gli antichi molti altri de’ versi d’Omero. Vedi p. 4414). Pour le rendre métrique, dans leur sens, suivant la construction ordinaire du vers, ils ont contracté δεϊω, du mot πηλήίαδεϊω, (sic) en δω. Dans un autre passage Plutarque, expliquant dans quel sens il appelle ce vers non-métrique, avance que le 1r vers de l’Iliade contient le même nombre de syllabes que le 1r vers de l’Odyssée, et qu’il en est de même du dernier vers de Iliade à l’ègard du dernier vers de l’Odyssée (Sympos., l. IX,, c.3). Or, le 1r vers de l’Odyssée se compose de 17 syllabes; savoir de 5 dactyles et d’un spondée, nombre exact contenu dans le vers, Μῆ-νιν ἄ-ει-δε, ϴε-ὰ, πη-λη-ί-α-δε-ω Α-χι-λῆ-ος. C’est pourquoi M. Penn pense que le poëte, en articulant le vers, fit une pause au pentamètre, qui se termine par ϴεὰ, et renouvela l’arsis sur la syllabe suivante: Μηνιν α | ειδε, ϴε | ὰ, Πηλη | ιαδε | ϊω Αχι | ληος. . L’auteur soutient qu’il y a, malgré la transgression des lois du mètre, dans la réplétion et la volubilité du vers exordial, une magnificence d’images semblable à la première irruption des eaux d’une rivière, au moment oú l’on ouvre l’ècluse qui les retient, et avant que ces eaux, reprenant leur pente naturelle, coulent [p. 306 modifica]d’un cours uniforme et régulier; ce qui paraît beaucoup plus analogue au début de ce poëme majestueux, que le mètre rigoureusement mesuré qu’on lui a imposé. Bulletin etc. 1826. t. VI, art. 207. p. 239. Il principio