Pensieri di varia filosofia e di bella letteratura/4364

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
Pagina 4364

../4363 ../4365 IncludiIntestazione 10 gennaio 2020 100% Saggi

4363 4365

[p. 306 modifica] dell’Iliade, secondo Müller (Vedi la p. 4321, lin. 16) non è di Omero, ma aggiunto da’ διασκευασταὶ. Se ciò è vero, che dir de’ versi dell’età omerica, se si trovano ametri anche quelli di tempi posteriori a Pisistrato?


*    Alla p. 4170, fine. La casa delle pitture, c’est ainsi qu’on nomme une maison découverte à Pompéi à cause des fresques qu'elle offre, les plus belles et les mieux conservées de toutes celles qu’on a trouvées jusqu’en ce moment. Le 12 février 1825, on commença à débarrasser l’entrée de cette maison. On trouva sous la porte un fragment de mosaïque d’un travail médiocre. Il représente un grand chien, la chaîne au cou, dans la position de défendre l’entrée de la maison. Au bas se trouvent les mots suivans: CAVE CANEM. Bulletin de Férussac, loc. cit. alla p. 4312, janv. 1826, t. V, art. 40, p. 45 (2 settembre 1828).


*    M. Letronne (Nouvel examen de l’inscription grecque déposée dans le temple de Talmis en Nubie par le roi nubien Silco, vedi p. 4412 (iscrizione illustrata già innanzi da Niebuhr, Inscription. Nubiens., Romae 1820); Journal des Savans, 1825), examine ensuite pourquoi la langue grecque est employée dans l’inscription; ce qu’il explique par l’introduction (parmi les Nubiens) des livres saints et des liturgies écrites en cette langue. En effet, le style même de l’inscription, ces tournures bibliques, byzantines et d’une moderne grécité, prouvent assez clairement que l’usage de la langue grecque n’a eu lieu dans ces contrées qu’après, ou plutôt à cause de l’introduction de la religion chrétienne.... De toutes les inscriptions grecques païennes examinées