Scientia - Vol. VII/The animal mind

Da Wikisource.
Jump to navigation Jump to search
Georges Bohn

The animal mind ../The science and philosophy of the organism ../Der heutige Stand der Darwin’schen Fragen IncludiIntestazione 16 luglio 2014 75% Da definire

The science and philosophy of the organism Der heutige Stand der Darwin’schen Fragen
[p. 179 modifica]
Margaret Floy Washburn: The animal mind; a text book of comparative psychology; the animal behavior series, volume II; New York, Macmillan, 1908.

Dans ces dernières années, les traités classiques de psychologie animale ont beaucoup vieilli; le livre de Romanes, du moins en ce qui concerne les animaux inférieurs, n’a plus qu’une valeur historique; ceux de Morgan doivent être délaissés: ils ont servi à montrer qu’il était possible de faire intervenir la sélection aussi bien dans le domaine des mouvements que dans celui des formes; ce sont peut-être eux qui ont été le point de départ de l’œuvre de Jennings, et d’un mouvement considérable [p. 180 modifica] qui, en Amérique, a donné lieu à des publications très nombreuses, mouvement auquel sont attachés les noms de Yerkes, de G. H. Parker, de Turner, de Watson, de Porter, de Cole, de Berry........, et qui a laissé Morgan bien en arrière. Dans les pays germaniques, les uns ont nié purement et simplement la psychologie comparée, les autres, tout en méconnaissant les travaux des américains, ont eu la prétention d’indiquer la voie dans laquelle devait s’engager la nouvelle science; la tentative de Lukas, de Vienne, n’a pas été très heureuse; j’ai dit ce que je pensais de celle toute récente de O. Zur Strassen.

Le livre de Marguerite Washburn, en exposant d’une façon systématique les travaux récents des américains, répond à un desideratum et rendra de grands services à ceux qui veulent se mettre au courant des acquisitions nouvelles de la psychologie comparée. Ce livre est fait avec méthode, clarté, sagesse et impartialité; peut-être avec trop d’impartialité. C’est en Amérique que s’est ouvert le grand débat entre les partisans des idées de Jacques Loeb et les partisans des idées de Jennings; Jacques Loeb, sans hésitation, s’était placé sur un terrain ferme, celui du déterminisme physico-chimique des actes des animaux: Jennings a invoqué surtout le principe de la sélection, et s’était montré tout d’abord très intransigeant vis-à-vis des idées de Jacques Loeb, alors que sa théorie, loin de contredire celle-ci, pouvait se combiner avec elle, comme le darwinisme peut se combiner avec le lamarckisme; actuellement les idées géniales de Loeb sortent avec triomphe de la lutte; Torrey et moi-même l’avons montré, chacun de notre côté, tout récemment; or, j’aurais aimé que Miss Washburn se montre moins réservée à l’égard du grand conflit qui a partagé les psychologues des animaux inférieurs en deux camps; d’autres, certainement, lui sauront gré de sa timidité et de sa prudence.

Je crois cependant qu’on n’aurait fait aucun reproche à l’auteur de «The animal mind», si elle avait accordé une plus grande place à la discussion de la question des tropismes; ceux-ci viennent en fin de chapitre, et à propos du problème de l’orientation. Chez les animaux les plus inférieurs, on observe deux grandes tendances: celle de se placer dans la direction des forces du milieu extérieur (lumière, gravitation) qui agissent sur eux, et celle de tourner sur soi-même quand la force varie brusquement d’intensité; c’est là d’une part les «tropismes», d’autre part la «sensibilité différentielle»; ces deux notions suffisent en général pour expliquer les marches «capricieuses» des Infusoires, des Etoiles de mer, des Vers, des Mollusques.... C’est précisément ce qui ne ressort pas assez nettement du livre de Marguerite Washburn.

[p. 181 modifica]Miss Washburn pourra me répondre que tropismes vrais, sensibilité différentielle, ne sont encore que du mécanisme pur, et que ce qui l’intéresse c’est le psychisme des animaux.

Dès le début, elle s’efforce de définir ce psychisme, en en donnant les critères; elle reprend une discussion commencée par Yerkes, qui a choisi comme critères fonctionnels ceux de Royce, à savoir: la «discrimination» la docilité, l’initiative; elle montre bien l’insuffisance de ces divers signes considérés isolément; il faut tenir compte, non seulement des diverses manières dont un animal apprend, mais encore de la rapidité de l’apprentissage: jusqu’ici on n’aurait pas tenu compte suffisament du facteur temps; en général l’apprentissage organique se fait très lentement par rapport à l’apprentissage psychique.

Un court chapitre est consacré aux animaux unicellulaires (Amibes, Paramécies). Il est suivi de toute une série de chapitres sur la «discrimination sensorielle». Je n’aime pas beaucoup ce mot de «discrimination» que je ne trouve pas très clair, mais je remarque qu’au fond Washburn place à la base de l’activité psychique les diverses sensibilités: chimique, auditive, visuelle. Cela est intéressant à noter; cette attitude doit être mise en regard de celle des adhérents à l’Ecole mécaniste allemande, qui nient purement et simplement les sensations chez les animaux inférieurs.

Pour beaucoup d’auteurs allemands, l’activité des animaux inférieurs serait faite uniquement de «tropisme», entendus actes purement mécaniques; ces animaux réagiraient mécaniquement aux causes nuisibles; ils se soustrairaient à ces causes grâce aux tropismes, actes qu’on explique sans faire intervenir la sensibilité de l’organisme; la sensibilité serait inutile chez les animaux inférieurs; les sensations y seraient un «luxe inutile». Pour Ziegler, «il est peu probable que les animaux inférieurs ressentent la douleur»; un Ver qu’on écrase et qui contourne son corps de multiples manières ne souffrirait pas! La douleur, dit-il, doit être considérée comme un «signal d’alarme», qui permet à l’animal de se soustraire à l’altération actuelle du corps ou de l’éviter dans l’avenir; chez les animaux qui réagissent mécaniquement aux causes nuisibles, ce signal serait superflu. La douleur serait un luxe inutile dans la nature; or, il n’y a pas de luxe inutile dans la nature; donc la douleur n’existe pas. Souvent la loi dite d’économie a conduit à faire de pareils raisonnements. On ne saurait trop protester contre ceux-ci. Le livre de Miss Washburn a cela de bon qu’il est fait pour tempérer les exagérations de l’Ecole mécaniste allemande.

En revanche, l’auteur a certainement tort de parler de la conscience chez les animaux; cela avait déjà été celui de Lukas, celui de Wasmann. Il ne faut pas oublier que la conscience ne [p. 182 modifica]peut se révéler par aucun signe objectif, qu’elle est en dehors du domaine des investigations scientifiques; il ne faut pas confondre la conscience avec la complexité de l’activité; chez l’homme, tel acte simple peut être conscient, tel acte compliqué inconscient. Claparède a beaucoup insisté sur ce point. Rémy de Gourmont a écrit: «Selon la curieuse comparaison analogique de M. Ribot, la conscience c’est la veilleuse interne qui éclaire un cadran; elle a sur la marche de l’intelligence la même influence, exactement, ni plus ni moins, que cette veilleuse sur la marche de l’horloge. Savoir si les animaux sont doués de conscience est assez difficile, et peut-être assez inutile». Souvent on abuse du mot conscience, qui devient à tort synonyme de psychisme, d’acte complexe; il y a une confusion de langage, peu dangereuse une fois qu’on est averti; l’emploi du mot «conscience» pourra cacher pour certains le caractère si scientifique de l’ouvrage de Miss Washburn.

Deux chapitres traitent des modifications des «processus de conscience» à la suite de l’expérience individuelle; ils sont suivis par quelques considérations sur l’idéation et les processus psychiques supérieurs.

«The animal mind» renferme bien des considérations intéressantes; il a surtout une valeur documentaire, et est complété par un index bibliographique comprenant l’indication de 476 mémoires choisis parmi les meilleurs et datant presque tous des vingt dernières années, c’est-à-dire depuis l’époque où Jacques Loeb a engagé la psychologie dans une voie vraiment nouvelle et scientifique.

Paris; Sorbonne, Faculté des sciences.

Note